Partagez | 
 

 Au casiers ~ phase 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Just Who I Am
Invité




MessageSujet: Au casiers ~ phase 1   Dim 7 Nov - 7:14

&

Le soleil était dans le ciel, les deux aiguilles rejoignaient le 12 et la sonnerie des cours retentissait dans les deux bâtiments qui constituaient l’école des élites de la capitale coréenne. Junichirô sortit de son cours de philosophie, sourire narquois aux lèvres qu’il ne pouvait s’empêcher de faire apparaitre et le sac sur le dos il se dirigeait en direction de Yu Gwan Sun. C’est là que la partie allait commencer. Il y allait pour rencontrer la fameuse Kim Yung Suk. Ne vous méprenez pas, il n’a aucune intention d’en faire une de ses conquêtes, mais une victime… ou plutôt ce servir d’elle comme fléchette pour toucher la véritable cible.


La victime : Park Ki Suk, son petit ami et le fils de celle qui a engendré les malheurs de Jun’. Celle qui fut la complice des batifolages de son père. Celle qui détruisit le mariage des Yoshioka. Et pour arriver jusqu’à la vipère, il doit grimper les échelons, et c’est par elle qu’il commence. Comme on dit, tout arrive à point qui sait attendre, et croyez moi, Junichirô en a de la patience.


Il traversa ainsi la grande coure qui sépare les deux bâtiments et entra finalement dans ce grand complexe qui abritait les filles les plus riches et les mieux éduquées que Seoul connait. Les plus riches ? En réalité pas toutes, puisque certaine d’entres, bénéficient d’une bourse pour intégrer cette école. Et la demoiselle Kim fait partit de la liste. Voilà l’atout du jeune nippon, voilà une grande occasion pour lui de montrer son côté obscure.


En effet, il découvrit que la jeune fille possédait un job à mi-temps dans une bibliothèque de l’autre côté de Seoul. Très bien caché je vous l’admets, mais pas de chance pour la jeune fille, le hasard conduisit le japonais jusqu’à son lieu de travail. Tout le monde sait qu’il est interdit pour les élèves de Yi Sun Sin et de Yu Gwan Sun de travailler. Et la conséquence mène toujours ou presque toujours à l’expulsion. Il se renseigna sur la coréenne, et apprit qu’elle était en plus boursière de cette même école. Une nouvelle qui ne pu que le réjouir…


Il traversa le couloir d’une allure fière et certaine, et tous les regards des jeunes filles étaient posés sur lui. Il n’était pas rare de voir des garçons se promener dans Yu Gwan Sun, mais rarement plus de dix en même temps. Il s’arrêta devant la classe Yung Suk, la porte était ouverte, il jeta un coup d’œil pour trouver la demoiselle. Il y avait plusieurs filles qui avaient bougé le stable pour se retrouver en face les unes des autres et qui mangeait. D’autres étaient assises sur les tables et discutaient, mais il n’y avait pas celle qu’il recherchait. Une fille s’approcha de la porte pour sortir, et Juni ne se pria pas pour l’interpeller.


- Excuse-moi. Où est-ce que je peux trouver Kim Yung Suk ? Dit-il avec une voix agréable suivit d’un charmant sourire.


- Elle est sortie ranger des affaires dans son casier. C’est un peu plus loin...


Le nippon la remercia d’un signe de la tête, et s’en alla rejoindre les dits casiers. Après quelques pas, elle était bien là, toute seule dans le couloir et l’occasion rêvée se présentait à lui. Elle avait le nez dans son casier et lui se posa contre le casier d’à côté, le sourire charmeur et les idées bien claires. Il ne se pria pas pour la détailler avant d’attirer son attention. Et pour être honnête il avait vu mieux en termes de beauté. Qu’elle était loin de rivaliser avec les filles qui ont partagé son lit. Il se décida à lui retirer son nez du casier pour commencer son plan destruction de vie.


- Kim Yung Suk ?



Revenir en haut Aller en bas


Just Who I Am
Invité




MessageSujet: Re: Au casiers ~ phase 1   Dim 7 Nov - 12:14

Aujourd’hui comme depuis quelques jours, la jeune fille n’avait pas la conscience tranquille où du moins, elle était toujours aux aguets comme si elle s’entendait qu'une alerte à la bombe se déclenche. Une bombe qu’elle savait être aux environs mais qui prenait plaisir à se faire attendre comme pour lui rappeler qu’elle était dans le coin mais qu’elle n’était pas pour autant inoffensive. Pourtant la jeune fille était quelqu’un de patient en général. C’est ce qui l’énervait justement…Car dans la situation actuelle, elle n’était pas patiente, elle voulait savoir à quoi s’en tenir avec ce mec qui avait débarqué un bon jour dans la bibliothèque où elle travaillait et qui l’avait menacé. Que voulait-il dire par la menace qu’il lui avait lancée ce fameux jour ? Où voulait-il vraiment en venir ? Qu’avait-il vraiment l’intention de faire réellement ? Autant dire que les questions sans réponses se multipliaient dans sa tête et qu’importe le nombre de fois qu’elle avait tenté d’oublier cet incident, celles-ci revenaient toujours à un moment ou à un autre.

Pourtant au fond d’elle, il était indéniable qu’elle n’avait pas peur, où du moins pas à une telle amplitude. Disons qu’elle s’inquiétait, se demandait lorsque ce garçon allait venir à sa rencontre, ce qu’il complotait. Elle n’était pas idiote et naïve où du moins pour ce genre de chose, elle avait bien remarqué qu’il n’était pas net derrière son regard de poupée parfaite. En fait, il l’avait énervé dès le moment où il était apparu devant elle. Elle avait bien remarqué qu’il se sentait supérieur, aux dessus de tout le monde comme un dieu qui tenait entre ses mains toutes les ficelles du jeu. Oui, elle avait l’impression de voir en face d’elle, le fils légitime adulé et présomptueux qui n’avait peur de rien et surtout de personne. Il suffisait qu’il claque des doigts pour que tout rendre en ordre. Rien de plus exécrable sur terre surtout qu’une image bien plus forte lui était venue en tête à ce moment là. Il était le portrait craché dans son attitude de l’homme qui était responsable de la mort de sa mère et qui par le jeu de ses connaissances était parvenu à s’en sortir blanc comme un linge. Autant vous dire qu’elle était passablement énervée et dégoutée par ce mec dès l’instant où il avait posé son regard sur elle.

Plus elle y pensait et plus elle se demandait ce qu’il pouvait bien lui vouloir. Était-elle un simple jouet pour le jeune homme ? Assurément elle n’était pas si idiote que ça, pourquoi donc alors l’aurait-il menacé de la sorte ? Se jouer de la seule boursière de l’école, c’est sur que ça devait être amusant pour un petit bourge de son genre, n’arrêtait-elle pas de se dire à chaque fois qu’elle se posait cette question. Autant vous dire que ce jeune homme était parvenu à faire sortir son côté noir et intransigeant à la surface. Elle ne supportait pas la lâcheté que ce garçon faisait preuve à son égard…Utiliser un secret pour avoir ce qu’il voulait. Mais d’ailleurs que voulait-il à la fin ? Elle ne le connaissait ni d’Adam ni d’Eve et en toute franchise, n’avais pas envie de savoir qui il était pour le moment. Elle pensait que plus elle se tenait loin de Sun Sin plus les chances qui l’oublie s’agrandissaient. Après tout, elle tentait de se sécuriser comme elle pouvait.

Une chose en tout cas qui était sure, c’était qu’elle n’allait pas le laisser s’amuser avec elle. Les menaces ça ne marchait pas sur elle. Elle était insouciante certes parfois mais elle n’était pas du genre à fuir les conséquences alors s’il menaçait de balancer son secret si elle ne répondait pas à ses exigences, elle n’attendrait pas qu’il le fasse, elle irait elle-même se dénoncer, tout simplement tout en jouant le jeu de la victime écervelée. Elle n’aimait pas qu’on la prenne pour une conne et elle avait la nette impression qu’il avait cru trouver en elle le pigeon idéal. S’il savait qu’il était loin du compte. N’allez surtout pas penser qu’elle avait une double personnalité ou autre, c’est juste qu’il y avait certaine chose qui lui permettait d’oublier sans regret son côté attentionné, tendre, gentille, patiente. En gros autant dire que ce garçon faisait carton plein dans la liste qui faisait qu’elle haïssait quelqu’un et ce n’était pas sa gueule d’ange et son faux sourire angélique qui allait changer cet état de fait.

Lorsque la sonnerie annonça la fin de la première partie de la journée, Yung Sook quitta sa place après avoir promit à quelques amies de cours qu’elle les rejoindrait dès que possible mais qu’elle devait récupérer quelque chose dans son cassier pour la seconde partie de la journée. Sans supposer une seule seconde que la personne qui l’énervait depuis quelques jours venait également à sa rencontre, elle se dirigea sans arrière pensée vers son cassier pour y ranger quelques affaires. Elle profita par la même occasion pour le ranger un peu. C’était parfois énervant d’être à ce point maniaque mais elle détestait voir son cassier en désordre.

C’est peut être pour cette raison qu’elle ne remarqua pas qu’elle était la seule dans le couloir, ni même qu’une personne s’avançait vers elle pour se coller au casier tout à côté du sien. C’est lorsqu’elle sentit un regard sur elle, qu’elle remarqua la situation et décida de sortir son nez de son cassier pour rencontrer le regard de la personne qui la détailler lorsqu’il l’avait appelé. Quand on parle du loup, s’était-elle dite alors qu’elle refermait son casier doucement comme si la présence du jeune homme en ses lieux ne la dérangeait nullement. A vrai dire, elle n’était pas particulièrement stressée et était un peu heureuse que la bombe qui n’arrêtait pas de lui tourner autour décide enfin de venir à elle. Au moins elle allait pouvoir en avoir le cœur net. Elle se contenta seulement de le défigurer du regard avant de dire seulement d’une voix calme et posée.

« Oui c’est bien moi, que puis-je faire pour toi ? » Commença-t-elle avant de poursuivre. « Et surtout à qui ai-je honneur ? » Finit-elle dans un sourire qui se voulu être poli mais qui montrait tout de même qu’elle ne souriait pas par gaieté de cœur.



Revenir en haut Aller en bas


Just Who I Am
Invité




MessageSujet: Re: Au casiers ~ phase 1   Sam 13 Nov - 23:55

Yung Suk sortit enfin son nez du casier et affronta le regard du japonais. Elle mit quelques secondes avant de répondre au jeune homme. En apparence elle semblait calme, voire un peu froide, comme si elle voulait se protéger de quelque chose, de quelqu’un… Ca façon de parler à Junichiro était une réaction que nous pouvions appeler de défensive, le ton était assez agressif, mais rien qui ne pouvait intimider le nippon.

- C’est donc toi little Sister donc Gossip Girl parle parfois dans son blog. C’est… intéressant. Dit-il sur un ton narquois.

Bien décidé à jouer avec elle, il ne parla pas trop vite, pas trop fort, très calmement pour laisser durer le suspense.

- Qui je suis n’a pas d’importance. Crois-moi…

Oui, il n’était pas question de lui révéler son identité tout de suite, le jeu n’aurait pas été amusant autrement. Il fallait qu’elle le cherche toute seule. Voici donc un exemple très concret de ce qu’est la mentalité japonaise, tortures psychologiques, ijime et autres sont de coutume chez les habitants du pays du soleil levant.

- Car ce qui est important c’est ce que toi tu es… et moi je sais ce que tu es. Ou plutôt ce que tu fais, après les cours… dit-il tout en caressant une des mèches de la coréenne.

Juni se délectait de ce moment. Il avait le savoir et donc le pouvoir sur elle. Certain diront qu’il est diabolique, d’autre que c’est un génie, moi je dirai les deux.

- Il ne faudrait pas que cette information tombe entre de mauvaises mains, ce serait terrible pour ton avenir… continua-t-il tout en la fixant avec des faux yeux compatissant.

- Tu ne voudrais pas que cette personne diffuse cette information à Gossip Girl. N’est-ce pas ? J’ai pu remarquer que vous aimiez ce genre de pratique. Utilisez ce blog pour faire parcourir ce genre de Scoop et humilier les élèves.

Junichiro trouvait ce jeu encore plus amusant que lorsqu’il l’avait imaginé chez lui. Il allait enfin pouvoir se distraire et se venger. Dommage que ce soit la pauvre Yung Sook qui subisse la colère du nippon, mais vous savez ce qu’on dit, il n’y a pas de guerre propre.

- Mais ne t’inquiète pas, je ne vais rien faire… parce que tu as quelque chose que je veux. Et tu vas m’aider à l’obtenir beauté !

Il en venait enfin au fait. Oui Jun’ aimait les grands discours, il aimait tourner autour du pot avant de venir aux faits. Là encore un trait de caractère typiquement japonais. Etre direct n’était pas vraiment dans ses habitudes, à par lorsqu’il est question de sexe, là nous pouvons même dire qu’il est rapide pour les mettre dans son lit.

- Tu connais Park Ki Suk… Bien entendu que tu le connais. Eh bien je veux tout savoir sur sa mère. Où elle habite ? Ce qu’elle fait en ce moment ? Où elle travaille ? Tout ce qui la concerne autour d’elle! Dit-il enfin sur un ton froid, sérieux et toujours aussi calme.

- Et si tu rempli bien ton rôle, ton secret sera bien gardé, crois moi. Attention, si jamais quelqu’un est au courant d’une manière ou d’une autre de ce qui se passe, de cette rencontre, de ce qui c’est dit… J’ai bien peur que tu ne puisses plus étudier dans cette magnifique école qu’est Yu Gwan Sun. Ce serait dommage que ton avenir soit détruit pour un mal entendu ! N’est-ce pas ?



Revenir en haut Aller en bas


Just Who I Am
Invité




MessageSujet: Re: Au casiers ~ phase 1   Dim 14 Nov - 4:56

Bien que le ton que la jeune fille avait utilisé ne fût pas des plus amicaux, il n’en était pas moins agressif. Tout juste neutre comme si elle n’avait aucune idée de qui pouvait être le jeune homme et en toute franchise, elle s’en moquait un peu. Sur lui, elle savait le nécessaire. C’était un étudiant de Sun Sin, peut être plus âgé qu’elle vu sa taille et les traits de son visage et surtout l’élément le plus important, il connaissait son secret. Un secret qui ne l’était plus vraiment depuis que KH l’avait elle-même découvert en passant dans la librairie dans laquelle elle travaillait. Il fallait croire que c’était l’endroit préféré des élèves des quartiers riches lorsqu’ils décidaient d’aller dans les quartiers pauvres, c’était bon à savoir…Peut être devrait-elle penser à changer de travail pour être sure qu’un autre vienne la harceler ? Surement, elle devrait vraiment y réfléchir mais pour le moment elle le laissa répondre à sa question.

Mauvaise pioche, non le jeune homme ne semblait pas ressentir l’envie ou lui donner le plaisir – ou pas – de connaitre son identité et elle n’allait surement pas faire quelque chose pour le découvrir d’elle-même. Une petite conversation avec Jung Wan et elle était persuadée qu’il saurait lui dire qui ce garçon était. Jung Wan avait beau haïr les personnes de son lycée, autant il parvenait à lui donner la liste de tous les ragots et les défauts de la dite personne. A croire qu’il ferait un parfait détective, ce qu’elle se plaisait souvent à lui dire pour plaisanter lorsqu’il se plaignait pour la énième fois d’un de ses camarades. D’ailleurs c’était souvent à hurler de rire de voir comment il mimait la dite personne pour évacuer ses nerfs. Mais bon la question n’était pas vraiment là et elle préféra se concentrer de nouveau sur le monologue du jeune homme qui prenait petit à petit la forme d’une menace.

En toute franchise, il semblait bien s’amuser ça elle en était sure. Il suffisait pour cela de voir avec quelle lenteur et en prenant toutes les formes prédéfinies, le garçon suivait pour faire passer le message. Elle de son côté, elle continuait à le fixer d’un air neutre sans rien dire écoutant avec plus ou moins d’intérêt les mots du jeune homme. Elle préféra se concentrer sur la teneur des propos du jeune homme que sur ses gestes. Il avait vraiment l’attitude du parfait charmeur et il fallait croire qu’il sentait qu’il pouvait l’intimider. S’il savait qu’il n’était pas le premier à tenter ça. Plus sérieusement, il pensait réellement qu’il était le premier ? Elle n’était pas née de la dernière pluie mais bon si ça l’amusait, elle le laisserait parler et se contenterait d’accorder à sa menace un intérêt.

Lorsqu’il approcha sa main de ses cheveux, elle eut un mouvement de recul. De quel droit il prenait le droit de poser sa main sur elle ? Faisant de son mieux pour continuer à garder son calme, elle ne pu s’empêcher de lui lancer un regard froid, limite glacial pour lui signifier qu’il ferait mieux d’arrêter son geste. Son ton l’énervait plus qu’il ne devrait être permis de l’être. Sa fausse compassion, ses mots qui étaient bien choisis pour lui faire comprendre le message. S’il voulait balancer son secret qu’il aille le faire, quoiqu’elle ait la ferme intention de le devancer avant qu’il ne prenne l’initiative. Elle avait déjà son idée en tête de la procédure qu’elle devrait suivre pour éviter tout ennui et les possibilités de sanctions disciplinaires mais elle ne risquait pas de lui donner la possibilité ne serait qu’une seconde de pouvoir découvrir ce qu’elle avait en tête.

Elle continua donc à l’écouter et fronça un sourcil légèrement lorsqu’il l’informa qu’elle n’avait pas à s’inquiéter et qu’il n’allait rien faire. Alors que faisait-il ici à la menacer aussi ouvertement ? Très spontanément, il ajouta qu’elle avait quelque chose qu’il voulait et qu’elle allait l’aider à l’obtenir… « Bien sur, tout de suite monsieur ! » se dit-elle pour elle-même alors qu’il continuait son monologue. Un monologue qui commençait à taper sur ses nerfs car il se faisait trop long à son gout. Que voulait-il à la fin ? La réponse la surprit plus qu’elle ne l’avouait. La mère de Ki Suk ? Mais pourquoi il voulait tout savoir d’elle ? Elle-même n’avait aucune idée de qui pouvait être la mère de son sunbae…

En tout cas, il souhaitait l’utiliser pour avoir ce genre de renseignement. Comme si elle pouvait vraiment lui être utile. Il est riche, non ? Pourquoi n’utiliserait-il pas un détective qui saurait lui trouver tous ses détails en quelques minutes top chrono ? En tout cas, il avait une logique qu’il lui échappait totalement.

« Donc si je comprends bien…Si je te trouves toutes les informations concernant la mère de Ki Suk, tu oublies totalement le fait que tu m’as vu et mon secret par la même occasion ? Si oui, soit je tâcherai de te trouver tout ça mais il me faudra du temps. Après tout, je me vois mal débarqué devant Ki Suk et lui parler de sa mère comme ça, juste sur un coup de folie… Il se braquerait, j'en suis certaine... »

Elle entrait donc dans son jeu mais elle garda un ton neutre en le fixant avec le sérieux le plus réel qu’il soit. Bien entendu elle n’avait aucune envie d’aller enquêter sur la vie privée de son sunbae sans son accord mais le délai qu’il allait lui donner lui permettrait surement de mettre de l’ordre dans ses affaires. C’était juste une question de délai désormais…



Revenir en haut Aller en bas


Just Who I Am
Invité




MessageSujet: Re: Au casiers ~ phase 1   Jeu 18 Nov - 9:24

D’un simple coup, il se détacha du casier pour se mettre droit devant la jeune fille. Son attitude était bien trop étrange, bien trop coopérative. Elle avait accepté sans même essayer de se défendre, sans protester, sans un soupir. Il y avait deux explications à ça, soit elle voulait doubler Juni, soit c’était vraiment la fille soumise par excellence, le genre de fille que le nippon méprisait. Bien qu’au Japon, il est de tradition que les femmes soient en tout point inférieur à l’homme et qu’elles soient soumises, le jeune Yoshioka aimait celles qui mordaient, celles qui avaient du répondant, celles qui savait se battre… Et elle ne semblait pas être du genre à se battre. Ceci dit, il allait quand même rester sur ses gardes, assurer ses arrières… Si il y a quelque chose que le jeune homme avait appris au pays du soleil levant, c’est qu’il ne faut, oh grand jamais, sous-estimer qui que ce soit. Vaut mieux le surestimer…

- Eh, bien totalement est un grand mot. Si tu n’es pas dans cette école pour ton argent, c’est pour ton intelligence. Tu comprendras donc que… je tiens à assurer mes arrières. C’est notre petit secret. Dit-il d’un ton vicieux. On a tout à gagner dans cette affaire ma belle…

En face d’elle, il la regardait, et son visage était si froid, si sérieux… Non décidément, les gouts de Ki Suk en matière de filles laissé à désirer. Il ne savait vraiment pas ce qu’il pouvait bien lui trouver… Elle n’était même pas du même milieu social, ainsi l’argent ne devait pas être la raison. Il se mit alors l’idée qu’elle devait être une très bonne amante. Oui, pour le jeune nippon c’était une raison valable…

Il prit son portefeuille de sa poche de pantalon, l’ouvrit et sortit une carte où il y avait toutes ses coordonnées. Rangea son bien, et tendit la carte pour que la coréenne la prenne.

- Mes coordonnées. A n’utiliser que par toi… Et il vaut mieux que personne ne la trouve. Mais surtout si tu ne veux pas à avoir à t’expliquer, à mentir à ce sujet.

Sur la carte, il y avait seulement le nom et le prénom du jeune homme, ainsi que son adresse à Séoul, son numéros de portable et son email, tout ça écrit en japonais d’un côté et en coréen de l’autre. Juni replaça son sac sur son épaule droite, tenant la lance de la même main, il s’apprêtait à partir. Il était temps pour lui de partir et surtout d’aller manger. Son ventre commençait à crier famine, et le temps de pause était loin d’être suffisant pour le jeune homme de pouvoir se reposer convenablement. Cette conversation lui avait pris déjà la moitié du temps.

- Si tu trouve quoi que ce soit, n’hésite pas à m’appeler. Dit-il tout en se retournant. Ton avenir est entre tes mains… et aussi entre les miennes. Continua-t-il d’un ton amusé.

Il aimait avoir le pouvoir. Il aimait savoir, et surtout il aimait s’en servir. Il ressentait une très grande satisfaction à avoir imaginer ce plan qui semblait, du moins pour le début, plutôt bien se passer. La phase 1 était en marche, il suffisait désormais être patient.

Il longea alors le couloir des casiers et retraça son parcours d’arriver. De dos et d’un signe de la main, il salua la coréenne sans même se retourner. Il continua jusqu’à s’éloigner de l’école des filles pour se retrouver au réfectoire, l’un des seuls lieux mix de l’école pour élite.



Revenir en haut Aller en bas


Just Who I Am
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au casiers ~ phase 1   




Revenir en haut Aller en bas
 

Au casiers ~ phase 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liar Liar  ::  :: Les bons souvenirs-
Sauter vers: