Partagez | 
 

 La tortura pv. yong woo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Just Who I Am
Invité




MessageSujet: La tortura pv. yong woo   Mar 12 Juil - 8:31

  • Trois semaines. Trois longues semaines stressantes que le rappeur attendait le coup de fil ou le sms libérateur que devait lui envoyer Yong Woo. Pour lui, c'était une vraie nouveauté. Dans ses relations, c'était quelqu'un de détaché et d'indépendant. C'était aussi valable pour ses meilleurs amis ou sa famille. Par qu'il ne les aime pas, bien au contraire, mais il avait cette partie de lui qui faisait que lorsqu'on ne l’appelait pas, il n'allait pas sauter sur le téléphone pour le faire ou se torturer pendant des jours.
    E-sens avait fini par le menacer d’appeler les urgences si il ne se calmait pas ou si il ne l'appelait pas de lui même.
    Mais franchement, de quoi aurait il eut l'air si il avait passé un coup de fil au presque inconnu ? Que lui aurait il dit d'ailleurs ? « Salut c'est moi, tu te souviens, on a presque failli coucher ensemble sur un piano ? »
    Il avait donc décidé de se calmer et d'attendre aussi patiemment qu'il le pouvait. Mais à l'intérieur, son esprit bouillonnait : « Avait il finalement décidé de ne pas l'aider ? » « L'avait il tout simplement baratiné le soir ou ils s'étaient rencontrés ? » ou alors « Avait il était tellement ridicule qu'il n'avait aucune envie de réitérer l'expérience ? »

    Il ne vivait pratiquement pas. Il ne mangeait que très peu (c'était ce qui avait poussé son ami à lui tirer les vers du nez), passait ses nuits dans le dernier bar ou ils avaient fait un showcase sans revoir l'objet de ses pensées...Bref, en clair, il était sérieusement frustré. Après tout, avant d'etre un mélomane, il était un homme, et un homme coupé dans un moment aussi...chaud. C'était jamais bon.
    Mais il n'y avait pas que cela, le garcon s'en rendait parfaitement compte. Il voulait que leur relation ne se résume pas qu'a un seul coup d'un soir. Il voulait apprendre à le connaître et à l'apprécier pour ce qu'il était réellement, et non pour ce qu'il représentait. Un fantasme qui envahissait ses nuits.

    Lorsque ses prières furent exhaussées, il était allongé sur son lit, le portable posé sur sa table de chevet et la télécommande dans sa main, il zappait continuellement dans l'espoir de trouver un programme qui pourrait l'occuper. Mais rien n'attrapait son attention. La saison était basse, il n'étaient plus réellement sollicités et passaient à présent leur temps à enregistrer, et faire le tour des maisons de disques. Pourtant, les réponses étaient toujours les memes. L'étincelle. Il manque l'étincelle.

    Sur son bureau trainait son bloc notes avec les premières paroles de leur nouvelle chanson comme par hasard, une chanson qu'il avait écrit après sa petite aventure au bar. E-Sens lui avait dit, elle avait le feel. Ça pourrait être un gros tube ! Le tout était de l'enregistrer avec une musique. Et dans cette partie, son petit musicien entrait en lice. Parce que pour lui, personne d'autre pourrait trouver un accompagnement aussi bien que lui.
    Soudain, alors qu'il commençait vaguement à somnoler, accablé par la chaleur, son téléphone se mit à sonner.

    Il ouvrit un œil puis un autre, avec l'appréhension d'encore se tromper. Aussi ne se pressa t'il pas pour attraper son précieux appareil. Mais lorsqu'il vit le nom de l'auteur du sms, il faillit tomber de son lit. C'était Yong Woo ! Et ben faillit t'il dire. Ce n'est pas trop tot. Pendant trois secondes, il pensa ignorer son sms pour le punir de l'avoir fait poireauter pendant autant de temps. Mais la curiosité et l'impatience l'emporta largement sur son honneur. Alors il appuya sur « ouvrir ».
    Le sms était très court, comportant simplement les informations principales.
    En gros, Yong Woo lui demandait de le retrouver à son studio car il voulait lui faire écouter un morceau qu'il avait préparé.

    Il n'avait pas à lui demander deux fois. Il fila prendre une douche, et enfiler des vêtements propres, très simples, une t-shirt blanc, une veste de costume noire, un jean noir et une paire de grosses bottes à lacets. Il coiffa ses cheveux bruns roux et attrapa les clés de sa voiture avant de quitter l'appartement, laissant derrière lui une note pour E-sens lui disant de ne pas l'attendre pour diner. Parce qu'effectivement, le rappeur avait bien l'intention de ne rien laisser passer. Ce soir, il avait bien l'intention de rattraper ce qu'ils avaient laissé en plan la dernière fois qu'ils s'étaient vus.
    Heureusement, il savait ou se trouvait le studio dont lui parlait son petit musicien pour s'y être rendu plusieurs fois afin de passer quelques tests.
    Mais être invité par le fils du patron était une toute autre chose, soyez en sur. La façon dont il fut accueilli était tout à fait différente.

    Dès qu'il entra dans le hall de la maison de disque et que l'on prit son nom, il fut assayi par une orde de gens qui voulaient tous subvenir à tous ses besoins. Il n'osait pas dire que tout ce dont il avait besoin, c'était de voir YongWoo, mais une fois qu'il fut conduit aux salles insonorisées, on le laissa rejoindre le jeune homme tranquillement.
    L'endroit était aussi propre et luxueux que la dernière fois qu'il était venu. Rien à voir avec sa propre salle de répétition qui tombait en morceau se rappela t'il.

    Il suivit le couloir jusqu'à la salle indiquée par son ami sur son sms, et finit par toquer respectueusement, de peur de le déranger en plein travail ou quelque chose de similaire. Mais n'entendant aucune réponse, et remarquant que la porte était ouverte, il décida d'entrer.
    Ses pieds foulèrent le parquet ciré du plus beau studio qu'il n'avait jamais vu. Ressemblant un peu à l'intérieur d'un chalet tout en bois, avec une fenêtre de coin qui ouvrait sur la rue et laissait passer une lumière qui commençait à laisser place au soir.

    Il sourit en croisant le regard du jeune musicien et leva ses deux doigts en signe de salutations, lui offrant un sourire en coin.

    -Yo.

    Il ferma la porte derrière lui et s'approcha de lui, ses yeux pétillants de malice.

    -J'ai eu peur que tu m'aies oublié.



Revenir en haut Aller en bas


Just Who I Am
Invité




MessageSujet: Re: La tortura pv. yong woo   Lun 18 Juil - 6:10

Lorsqu’il pensait au jeune homme qu’il avait rencontré lors d’une soirée, il y a de cela quelques semaines, le jeune homme qu’il était ne pouvait s’empêcher de sourire au coin d’un air mystérieux. Après tout, comment pouvait-il oublier ce garçon a qui appartenait ses lèvres si tentantes et pulpeuses alors qu’il avait failli gouter bien plus à ce fruit défendu qu’il n’aurait du être permit entre deux inconnus ? Impossible n’est ce pas et à vrai dire, il ne cherchait nullement à en faire autrement. Il aimait énormément se rappeler avec quelle sauvagerie et fougue, il avait gouté, caressé cette chair si désirable…Dieu, qu’il n’avait pas pu gouter à la peau d’un autre être depuis tant de temps et que cela le pesait désormais. Cependant, bien qu’il désirait ardemment venir à la rencontre de ce jeune inconnu pour qui son être s’était enflammé, il prenait bien gentiment son temps pour le contacter enfin de laisser planer une certain sentiment de dépendance…Oh oui, à ses yeux qu’est ce qu’il était doux et cruel de s’imposer une telle limite alors qu’il avait pleinement conscience qu’il avait terriblement envie de lui, surtout depuis qu’ils avaient faillis passer à l’acte sur ce piano. Jamais jusqu’à ce jour, il n’avait ressenti autant d’attirance et de désir pour le corps d’un autre, mettant en éveil chaque sens de sa part, éveillant ainsi son côté passionné.

A vrai dire, on pouvait même dire que le jeune homme n’était jamais parvenu à rester réellement obnubilé par un quelconque être, malgré ses nombreux essais durant lesquels il avait essayé de s’assagir mais il avait seulement fallut qu’une belle demoiselle ou un beau jeune homme lui tape à l’œil pour que sa loyauté fonde comme neige au soleil, réveillant le séducteur et dominant qui somnolait en lui comme à l’attente de sa proie… Alors autant dire que le jeune homme pouvait être le plus merveilleux des amants, autant s’assurer son corps et son âme, ça c’était une autre paire de gants. Libertin ? Peut être… En fait, il n’avait jamais réellement eu envie de définir dans quelle catégorie de Don Juan il appartenait, mais au moins il se disait qu’il n’avait pas trop le mauvais rôle, ni celui de salaud de première vu qu’il était souvent amis avec ses ex. Dans tous les cas contrairement à d’habitude où il aurait en temps normal préféré plongé sa frustration en couchant avec un autre ou une autre qu’il aurait dragué en soirée, il ne l’avait point fait et n’était désormais que la proie de ses envies primaires.

Une attente qui le tenait réellement en éveil sans pour autant être intimement persuadé de l’origine d’une telle envie de sa part. Était-ce uniquement une attirance physique qu’il avait pour ce jeune rappeur, qui lui donnait envie de se l’accaparer et de rendre fou de sa personne, ou cette attirance puisait sa force dans autre chose qu’il était encore à l’heure actuelle, incapable de déterminer ? Une vraie énigme qu’il n’était pas encore sur le point de résoudre vu qu’il mettait un temps considérable à le contacter. Le faisait-il exprès ? Assurément et ça l’amusait horriblement en voyant à quel point, plus les jours s’allongeaient, plus son envie de gouter à son corps revenait à la charge plus fortement. Il se frustrait, jouer avec ses propres pulsions sans aucune gêne car cela lui donnait alors l’impression d’être immensément vivant, venant approfondir sa passion pour ce corps qui n’était plus qu’un vague souvenir. Un souvenir qu’il n’oubliait pas et qui l’obnubilé totalement sans pour autant commander le moindre de ses faits et gestes.

Ainsi, il lui arrivait souvent de se demander si l’être qui occupait ses pensées se souvenait encore de lui ? Après tout, il avait bien remarqué qu’ils étaient tous les deux des séducteurs hors pairs, pour qui les conquêtes n’étaient qu’une simple formalité. Peut être que contrairement à lui, ce garçon était allé voir ailleurs bien qu’il avait bien remarqué que le jeune homme avait été vraiment frustré de mettre un terme à leur presque partie de jambes à l’air. Riant à cette scène qui était des plus comiques, se revoyant alors tomber à terre sur le poids du piano sur lequel le jeune homme l’avait posé pour le dominé, il apposa la dernière note du morceau qu’il composait. Un morceau qu’il avait écrit pour le jeune homme en question, conformément à sa promesse qu’il lui avait faite ce fameux soir, leur donnant ainsi un prétexte pour se revoir. Mordant délicatement ses lèvres ainsi que le bout du crayon qu’il utilisait, il posa sa tête contre le dos de la chaise sur lequel il s’était assit pour composer à l’aide de tout l’attirail du studio de son père.

Après quelques jours de lutte incessante avec son paternel, il était parvenu à ce qu’il lui réserve un studio entier rien que pour lui. Il faut dire que le label de son père était en pleine expansion et que sa demande était tombée au mauvais moment alors que les protégés de celui-ci enchainaient les journées en studio. Cependant, il était parvenu à en avoir une pour une durée plus ou moins longue et c’est ainsi qu’il en avait pleinement profité pour tenter plusieurs arrangements qui pourraient convenir à son fameux partenaire. Alors tel un passionné, il s’était appliqué comme un fou à travailler sur ses morceaux encore et encore, ne dormant pratiquement pas. Il était tellement heureux de pouvoir composer de nouveau comme avant, comme à l’époque ou la musique faisait entièrement partie de sa vie et qu’il ne vivait que pour elle. Dieu, qu’il espérait que cette main gauche se décide enfin à suivre ses ordres, qu’il puisse enfin de nouveau l’utiliser pour jouer de tous les instruments qui lui permettaient de vivre pleinement. Bien qu’il était heureux derrière ses instruments technologiques alors que d’autres joués pour lui, il n’était nullement satisfait ou du moins de façon totale…C’était tellement irritant et frustrant.

Une frustration qui n’avait rien à voir avec celle qu’il éprouvait pour Joon Ki, qui contrairement à celle-ci, le faisait toujours sourire de façon sournoise et de délice. Il savait que désormais il n’avait plus de raison de repousser encore une fois l’échéance mais il ne pouvait s’empêcher de vouloir la retarder. Peur de le revoir ? Nullement car il avait franchement hâte de le revoir en face de lui et de le séduire de nouveau. Que voulez vous chaque prédateur aime jouer avec sa proie et il en était définitivement un… Mais ce qui était le plus amusant dans toute cette histoire c’était qu’il était à son tour la proie de l’autre et c’est ce qui lui donnait encore plus envie de le frustrer… Après tout, s’il ne se trompait pas, il était bien parvenu à l’enflammer et si ce piano ne s’était pas fait la malle, il était persuadé que celui-ci et lui-même aurait continué ce qu’ils avaient initié, ce soir là. Lui, qui était alors le dominant dans leur ébat succombant à ses désirs primaires n’avait pu que théoriquement se sentir incroyablement frustré et les mots et gestes qu’il avait eu lui en avait donné la preuve parfaite… Lui non plus ne pouvait l’avoir oublié et contrairement à sa belle proie, il avait un grand avantage… C’était lui qui menait les rennes désormais et qui déterminerait l’instant où ce jeu de séduction prendrait fin et à vrai dire, c’était tellement plaisant qu’y mettre fin était loin de lui faire plaisir.

C’est donc avec un certain amusement qu’il prit place plus confortablement dans le fauteuil remontant ses jambes à son torse alors qu’il mordillait toujours autant ce crayon. Contacter ou pas le jeune homme était la bonne question et il ne pouvait s’empêcher de commencer un sms avant de l’annuler en refermant son portable. Il savait qu’il était ridicule de faire ça et en même temps cela l’amusait d’autant plus. Un vrai gamin quand il s’y mettait. C’est donc après maintes reprises qu’il envoya un sms de plus sobre, limite professionnel…Il était persuadé qu’avec un sms du genre, le jeune homme pourrait n’être que déçu de son manque flagrant d’enthousiasme et cette idée le faisait horriblement rire. Appuyant donc sur la touche envoyée de son phone, il le referma et le posa sur le plan de travail devant lequel il était assit alors qu’il continuait de mordiller ce crayon de bout des dents. Combien de temps allait mettre le jeune pour lui répondre ? Une seconde ? Une minute ? Une heure, voir il l’ignorerait ? Cette pensée le faisait sourire car si le jeune homme était aussi sadique que lui, il allait surement mettre vingt ans pour le contacter mais d’un côté il prenait alors le risque qu’à son tour il l’ignore et ce jeu pourrait surement continuer des lustres et des lustres…et il était sur d’une chose : Joon Ki ne semblait pas être aussi patient qu’il ne pouvait l’être et lorsqu’il vit son portable vibrer, quelques minutes plus tard, un sourire encore plus amusé se dessina doucement sur ses lèvres.

Se levant donc pour prendre en main son portable, il regarda la réponse de son beau jeune homme, qui lui disait qu’il arrivait dès qu’il pouvait. Profitant de ce moment là pour tenir informer les gens du studio qu’il attendait quelqu’un qui se prénommait Joon Ki, ainsi qu’on lui apporte quelques rafraichissements, il en profita pour aller manger un bout en prenant une connerie dans le distributeur du studio. Saluant ainsi un des protégés de son père qu’il avait croisé sur sa route, il revint rapidement dans son studio attitré veillant à ce que tout soit prêt pour lorsqu’il serait là et s’installa de nouveau sur son fauteuil, écoutant un des morceaux qu’il avait composé. Combien de temps patienta-t-il ? Il n’en avait vraiment aucune idée mais c’est tout naturellement qu’il arrêta le morceau en attendant un bruit sourd émanant de la porte alors qu’il voyait celle-ci s’entrouvrir pour laisser entrevoir le jeune homme en question. Souriant au coin à son salut d’un air sarcastique et amusé, il le vit refermer derrière lui alors qu’il s’approchait de lui, les yeux pleins de malice lui lançant qu’il avait eu peur qu’il l’ait oublié.

Souriant franchement, il se contenta seulement de le fixer d’un regard pénétrant alors qu’il tournait le siège vers lui, restant bien sagement assit. Heureux de le retrouver ? On pouvait dire qu’il était mais c’est surtout parce qu’il le trouvait toujours séduisant, si ce n’est encore plus que la dernière fois. De plus, ses yeux exprimaient clairement qu’il attendait quelque chose de particulier de leur rencontre et ça l’enchantait énormément. Il décida donc de la jouer nonchalamment en lui lançant seulement en se levant d’une voix suave mais bien amusée.

« Se pourrait-il que tu te sois languis de ma personne, mon cher Joon Ki ? »

Il avait murmuré ses mots avec cette vanité et cette dérision qui lui était propre alors qu’il s’était approché de lui pour venir les susurrer à son oreille. Il l’allumait ? Clairement et c’était ça qui l’amusait énormément. Cependant, il savait qu’il faudrait attendre un peu car ce n’était plus qu’une question de secondes pour qu’on lui apporte les rafraichissements. Comme s’il avait programmé son coup, il s’écarta rapidement de lui en entendant un des employés du studio frapper à la porte, lui ouvrant pour prendre le plateau de rafraichissement constitué d’alcools en tout genre et boissons gazeuses… En gros, il y en avait pour tous les gouts. Le posant alors sur la table basse qui se trouvait face à un grand canapé en cuir blanc qui allait parfaitement avec la décoration, il laissa le jeune employé prendre congé alors qu’il prenait une bouteille de bière, la décapsulant par la même occasion, pour la tendre au jeune en ajoutant seulement dans une voix taquine et amusée.

« Alors ais-je vu juste ou n’es-tu présent que pour l’amour de la musique ? Dis-moi tout, Joon Ki, je t’en prie…»

Tenue ; 01.



Revenir en haut Aller en bas


Just Who I Am
Invité




MessageSujet: Re: La tortura pv. yong woo   Ven 22 Juil - 8:28

    Il n'y avait rien de plus énervant de se sentir impuissant devant l'alchimie qui poussait une personne à se précipiter vers une autre comme un gentil petit toutou. Surtout pour une personne aussi fière que lui. Il aurait voulu se gifler. Mais il savait parfaitement que l'envie aurait été bien trop forte si il l'avait fait attendre. Il n'aurait cessé de regarder son portable, attendant une bonne raison de lui répondre et d'aller à sa rencontre. Ca aurait été terrible et insupportable. Surtout que le plus étonnant était qu'en tant normal, se sentir dépendant de la présence de Yong Woo l'aurait fait fuir le plus loin possible. Mais la, il devait avouer qu'il adorait ca, et qu'il ne cherchait même pas à savoir d'ou cela ca venait, et ou ca allait les conduire.

    Quand il débarqua finalement à l'agende de talents, le rouquin resta longtemps interdit devant toute ce luxe et cette grandeur. Il ne s'était pas imaginé quelque chose d'aussi grandiose, en etre naif qu'il était, et avait du mal à se rendre compte que tout cela appartenait au père de YongWoo et donc à son compagnon lui même.
    A vrai dire, Joon Ki était quelque peu jaloux de tout ce dont disposait Yong Woo. Lui même avait fait son chemin dans le monde de la musique avec juste un vieux piano, un bloc notes et sa voix. Il ne pouvait s’empêcher de se dire que si il avait eut tous ces appareils hypers chers d'enregistrement et de mixage il serait sûrement déjà une grande star. Mais il chassa rapidement ces idées de son esprit parce que ce n'était pas son genre d'envier les acquis des autres. Après tout, si il était ici aujourd'hui c'est qu'heureusement, il avait eu de la chance....D'avoir rencontré un magnifique jeune homme qui l'avait fait poiroté des semaines.
    Quelques mètres avant d'entrer dans le studio son cœur cognait dans sa poitrine. L'excitation lui donnait des ailes et il se surprit à accélérer le pas. Qui sait ce qui allait se passer dans ce studio, mais il n'allait certainement pas le laisser en sortir sans avoir eu ce qu'il désirait.

    Quand le jeune rappeur posa sa main sur la poignée de la porte, il se retint de le prendre par surprise et foncer sur lui. Mais non, aucune envie de lui donner cette satisfaction. Si cette fois il pouvait gagner, ce serait parfait, si il pouvait le frustrer à un tel point qu'il serait le premier à craquer, il serait particulièrement heureux.
    Mais a vrai dire, lorsqu'il posa les yeux sur sa nuque, il se demanda si c'était possible, après ces horribles trois semaines ou il avait attendu pour pouvoir le re-toucher, le prendre de nouveau contre lui et l'embrasser.
    Il lui était bien douloureux d'agir comme si de rien n'était, à vrai dire.

    Pour couronner le tout, YongWoo ne semblait pas déstabilisé le moins du monde par son apparition. Et pendant quelques secondes, le jeune homme se demanda si il n'avait pas été si déçu par la dernière fois qu'ils s'étaient vus qu'il avait décidé d'agir comme si rien ne s'était passé.
    Heureusement, le brun lui donna la confirmation qu'il avait été tout aussi impatient que lui à l'idée de cette rencontre.

    « Se pourrait-il que tu te sois languis de ma personne, mon cher Joon Ki ? »


    Le bien nommé Joon Ki haussa les sourcils, tournant légèrement la tête vers le jeune homme, frôlant donc sa jour de ses lèvres. Il sentait extrêmement bon, comme dans son souvenir et il dut se faire violence pour ne pas lui sauter dessus. Il ne cilla pas, ne frissonna pas. Il haussa les sourcils d'un air amusé devant son ton. Tout de même il était un bon acteur, il s'étonnait lui même, quand on voyait sa nature impulsive, ses amis ne le reconnaîtraient même pas !

    -Moi ? Oh j'étais simplement impatient d'écouter ce fameux morceau !
    Annonça t'il en s'éloignant légèrement de lui. Il vint prendre place sur le siège qu'occupait normalement son compagnon et jeta un coup d'oeuil au bloc notes posé sur le bureau. Il vit les notes gribouillées sur le papier et les étudia d'un œil distrait. A vrai dire, plus il y réfléchissait, pour il trouvait ça terriblement ingénieux. Mais il n'était pas homme à penser à plusieurs choses en même temps et le corps de son compagnon l'obsédait tellement qu'il lui jetait régulièrement des regards en coin dissimulés vaguement par une longue mèche de cheveux cuivrés.

    Au même moment, on frappa à la porte. Le garçon, qui ne s'était pas préparé à ce que quelqu'un vienne les déranger, lança un regard presque agressif à l'innocent employé qui ne fit que déposer les boissons et reparti aussi sec, baissant sûrement la tête devant le regard peu amène du jeune homme. C'est qu'il n'était pas prêt à partager Yong Woo lui ! Il le voulait tout entier, et il estimait l'avoir mérité, vu le calvaire de l'attente, la frustration sexuelle et l'obsession. Il n'avait rien d'un obsédé. Non, franchement il n'était pas ce genre de personne. Il aimait généralement avant de désirer. Et malgré son air vaguement macho, lui, tout ce qu'il voulait, c'était un amour pur et sincère. Mais la il devait avouer qu'il n'attendait qu'une chose, le serrer dans ses bras. Et c'était certainement dut au fait que Yong Woo était toujours particulièrement en beauté.

    « Alors ais-je vu juste ou n’es-tu présent que pour l’amour de la musique ? Dis-moi tout, Joon Ki, je t’en prie…»


    Le rappeur à l'accent le fixa longuement, l'air particulièrement sérieux, et ne répondit pas tout de suite, même si ce qu'il voulait dire tournait dans sa tête comme un air entêtant . Il se contenta de se lever, de se diriger vers les nombreux rafraîchissement qui se trouvaient sur la table et en prit deux coupes les disposa sur la table, versant dans ceux ci du champagne, généreusement offert par la maison. Il était de très bonne qualité, et il se souvint que le meilleur champagne qu'il n'avait jamais pu consommé était du champagne arménien qui avait un goût assez inoubliable. Celui ci venait d'un grand cru français, le genre de chose qui n'était pas extrêmement cher mais qui l'était déjà beaucoup pour le petit duo.
    Ce fut donc avec une attention redoublée qu'il le servit. Puis il reposa la large bouteille dorée sur le plateau, prit les deux flûtes avant d'en tendre une à son ami.

    -A notre coopération !


    Il les fit tinter en les collant l'un contre l'autre et porta le breuvage à ses lèvres. Il n'était pas un grand buveur et a vrai dire ne tenait pas particulièrement bien l'alcool. Pouvait en témoigner certains dérapages que ces amis mettaient sur cassette pour pouvoir le ressortir de temps en temps histoire de rigoler, ou encore les matins ou il se réveillait dans un lit qu'il ne connaissait pas avec un partenaire qu'il était sur de n'avoir jamais rencontré nulle part.
    Mais un peu de champagne ne faisait pas de mal de temps en temps, et était parfait pour les détendre encore plus.
    Après avoir trinqué, le jeune homme se dirigea vers la porte et sans gene, la ferma à clé. Il se tourne vers lui avec un sourire en coin.

    -Je voudrais pas qu'un autre employé vienne malencontreusement nous déranger...Pendant que j'écoute ce fameux morceau.

    Il l'invita d'un regard à choisir. Soit ils commençaient maintenant à s'amuser, soit ils poussaient le jeu jusqu'au bout et faisaient ce qu'ils avaient à faire auparavant.



Revenir en haut Aller en bas


Just Who I Am
Invité




MessageSujet: Re: La tortura pv. yong woo   Mer 17 Aoû - 4:29

[Vraiment désolée pour le temps de réponse x.x...J'avoue que j'ai eu une grosse flemme et donc les jours sont passés sans que j'en prenne conscience T.T...En plus pour une réponse des plus pourries. Gomen T.T...]

Yong Woo avait beau avoir l’attitude d’un ange, en réalité un véritable démon sommeillait en lui. Il faisait parti de ses personnes qui avaient un besoin permanent de repousser ses propres limites, tout en faisant de même avec les autres. On pouvait véritablement dire qu’il était un jeune homme rempli de vices en tout genre. La peur ne faisait résolument pas parti de son vocabulaire car à ses yeux, il n’avait aucune raison de craindre quoique ce soit. Après tout, il avait échappé à la mort un jour alors s’il était toujours en vie, cela devait bien vouloir dire quelque chose. Certes, désormais il abordait la vie d’une façon quelque peu différente d’auparavant en la prenant un peu plus au sérieux mais à vrai dire il n’avait totalement changé. Yong Woo avait toujours été un jeune homme énergique, qui fonçait la tête droit devant sans se poser des questions. Il est donc évidant qu’il ne pouvait prendre la vie que comme un jeu dont il était un des participants et toute personne qu’il croisait sur sa route ne pouvait que venir enrichir ce jeu. Tout cela faisait de lui, un jeune homme d’une incroyable ingénierie, qui aimait par-dessus tout s’amuser, ou du moins était-ce que tous ses amis étaient portés à croire. Cependant lorsqu’il se trouvait dans son milieu naturel, celui de la musique, il devenait alors un tout autre homme et ça très peu de personne pouvait l’imaginer. Les gens qui le connaissaient qu’en boite ne pouvaient alors imaginer que ce garçon si désinvolte, si blagueur, si séducteur pouvait en réalité être le nouveau génie de la musique classique et un nouveau compositeur qui risquait de faire parler de lui. Il avait écrit sa première partition à l’âge de 7 ans et depuis il ne s’était jamais arrêté alors qu’il tâchait de s’ouvrir à des horizons différents pour tout savoir et composer à son tour, un morceau qui pourrait faire vibrer quiconque l’écouterait. A vrai dire, c’était ça son rêve, son but dans la vie au plus profond de lui mais ce qu’il désirait également désormais, c’était de pouvoir jouer de nouveau. Il avait un besoin plus que viscéral de frôler de nouveau les touches d’un piano, de sentir ce frison de bonheur le parcourir en faisant cela. Il avait bien conscience que lorsqu’il disait qu’il se sentait pleinement vivant qu’en jouant du piano, on le prenait pour un fou mais c’était réellement le cas. Tout le reste à ses yeux était qu’une illusion et il avait seulement l’impression de toucher ce bout de bonheur du bout des doigts en faisant l’amour avec d’autres personnes, des inconnus parfois rencontrés en boite et ce besoin se faisait d’autant plus nécessaire désormais qu’il ne pouvait plus jouer convenablement.

Pourtant bien que son être semblait réclamer ce bien être, il s’était tout de même assagie et jusqu’à ce jour, il n’avait toujours pas couché avec une autre personne depuis son accident, il y a plus de deux ans. Alors il était évidant qu’après s’être imposé cette frustration futile d’appeler ce jeune homme qui l’obnubilait quelque peu, il avait cruellement envie de jouer encore avec lui, de se sentir s’enflammer pour lui comme il avait éprouvé ce sentiment lorsqu’il s’asseyait en face d’un piano des années auparavant. Jouer encore et encore était résolument sa vision de la vie et il en était persuadé que cela le serait pour toujours. Il avait un tel besoin de nouveau et c’était surement pour cette raison que personne à ce jour n’était parvenu à s’accaparer le cœur du jeune homme. Et il en était persuadé que ce n’était pas prêt d’arriver mais est-ce que Joon Ki serait assez fou pour relever le défi, il en avait aucune idée et imaginer que celui-ci puisse en avoir l’idée ne le dérangeait pas vraiment. A vrai dire, on pouvait même dire que si c’était le cas, il avait hâte de voir comment il allait l’avoir… chose qui se trouvait être impossible. Mais cette question n’avait pas vraiment d’importance puisque ça ne devait en aucun cas être le cas et qu’il devait tout autant que lui, rechercher qu’une chose : le jeu dangereux. C’est pour cette raison qu’il resta tout autant stoïque que son probable amant lorsqu’il le vit préférer le champagne à la bière qu’il lui tendait. Il était un fin buveur, il était vrai mais aimait bien le gout quelconque des bières qu’on pouvait trouver dans les boites des plus grandes villes du monde. On pouvait donc dire qu’il tenait parfaitement l’alcool et il avait toujours trouvé fascinant à quel point il était facile de se faire pardonner un acte lorsqu’on utiliser celle-ci comme une excuse. « Désolée, chérie, je ne voulais pas te tromper avec cette fille mais je suis torché, et elle me chauffait, impossible de dire. » ô combien de fois avait-il entendu cette phrase lorsqu’un gars s’était fait prendre sur le fait en couchant avec une meuf dans les toilettes. Cependant il en usait jamais…ou peut être le faisait-il pour rompre avec une fille ou un gars avec qui il sortait entre guillemet en s’inventant un copain ou une copine d’un soir qu’il avait peut être eu. Au moins, cette personne ne pouvait pas le traiter d’enculé de première puisqu’il lui disait franchement et droit dans les yeux, prêt à assumer la conséquence de son geste ou non réel acte. Il ne savait pas ou cette soirée allait les mener tous les deux avec autant de boissons alcoolisées sur la table mais il en était très curieux, fort intrigué. Joon Ki allait-il s’en servir pour venir assouvir sa frustration ? Après tout, n’était-ce pas une merveilleuse excuse qu’il disposait ? Et a vrai dire si celui-ci ne s’en servait pas, il fallait être sur que lui allait s’en servir. Manipulateur ? Assurément et s’il voulait faire croire qu’il était seulement intéressé parce qu’il était bourré, la personne le pensait totalement, ce qui l’arrangeait grandement souvent pour éviter une relation trop sérieuse à son gout. Eh oui, il y avait des hommes qui étaient aussi romantiques que les femmes et il n’y avait rien de mal à cela mais quand on n’aime pas une personne, ben on ne peut pas prétendre le contraire… ça serait alors bien trop cruel et bien que joueur, cela n’était résolument pas son genre. Reposant donc la bière qu’il tenait dans sa main sur la table alors que le jeune homme lui versait délicatement une coupe de champagne, la lui tendant pour qu’il la prenne. La prenant entre ses doigts, il lança un regard amusé au jeune homme alors qu’il faisait tinter leur coupe l’une contre l’autre pour fêter leur coopération.

« A la notre, donc… » Se contenta-t-il de murmurer en portant la coupe à ses lèvres pour le boire avec délicatesse.

Laissant le breuvage venir titiller ses papilles, il le pu délicatement alors que son compagnon finissait sa coupe pour se diriger vers la porte. Intrigué, il le suivit du regard et ne pu réprimer un sourire moqueur faire son apparition sur ses lèvres lorsqu’il le vit fermer la porte à clé, alors qu’il finissait son verre pour le reposer sur la table. L’excuse que le jeune homme lui avança, le fit rire discrètement alors qu’il le fixait de son regard amusé et taquin.

« Ou plutôt, tu ne voudrais pas qu’une personne vienne nous interrompre comme la dernière fois, n’est-ce pas ? C’est logique en soi… »


Sa voix avait été taquine et un brin moqueuse comme pour lui signifiait qu’il se souvenait parfaitement dans quel état, il avait pu le mettre la dernière fois. Cependant, il n’était pas du genre à arracher le papier cadeau lorsqu’il recevait un présent et il était même du style à venir retirer soigneusement chaque morceau de ruban qui pouvait le recouvrir…ou du moins lorsqu’il cherchait à rendre fou, un de ces partenaires. C’est donc sans rien ajouter qu’il se dirigea vers les consoles que contenait le studio dans lequel ils se trouvaient qu’il lança simplement dans un ton presque vaniteux et ampli de fierté pour son travail.

« Et bien, ne perdons pas notre temps, mon cher Joon Ki et écoute moi ce fameux morceau dont tu me diras des nouvelles, j’en suis persuadé. »


S’asseyant de nouveau sur le fauteuil se trouvant face aux consoles, il manipula avec soin tout son matériel et en quelques secondes, un son totalement inconnu sans doute aux oreilles du jeune homme pour le moment se fit connaitre dans la pièce. Tournant le fauteuil vers son compagnon, il se contenta seulement de mordiller du bout des lèvres de nouveau, le crayon alors qu’il ne cessait de le fixer de son regard perçant. Ainsi assit, il donnait l’impression d’être tout simplement un autre homme et bien que sexy et toujours autant attiré par son ami, il ne cherchait qu’une chose : voir si sa musique était assez belle et puissante pour le faire frissonner d’une quelconque façon. Bien entendu cela ne l’empêchait pas de le dévorer du regard en fixant d’ailleurs ces merveilleuses lèvres qu’il désirait toujours autant voir bouger et embrasser des siennes. Lorsque le morceau arriva à sa fin, il ferma doucement les yeux pour se laisser enivrer par les dernières notes de piano que comportait le morceau en bougeant faiblement les doigts de sa main gauche sur sa cuisse comme si son corps exprimait son besoin de reconnaitre un tel bonheur.

« Alors, verdict ? » ajouta-il simplement en ouvrant doucement les yeux pour le fixer de nouveau d’une façon bien différente à auparavant, beaucoup plus émotif avant de détourner le regard pour venir interrompre le morceau en manipulant la console en finissant dans une voix toujours aussi sure, bien différente de cet instant de faiblesse. « Est-ce assez prometteur pour toi ? »



Revenir en haut Aller en bas


Just Who I Am
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La tortura pv. yong woo   




Revenir en haut Aller en bas
 

La tortura pv. yong woo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liar Liar  ::  :: Les bons souvenirs-
Sauter vers: