Partagez | 
 

 Uhm Dong Woo ♣ Spy002

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Just Who I Am
Uhm Dong Woo
King & Sports Team
☆ Statut : Administrateur

☆ Messages : 1952
★ Points : 31089




MessageSujet: Uhm Dong Woo ♣ Spy002   Lun 1 Nov - 5:07


Uhm Dong Woo

Âge ➜ 18 ans
Surnom par GG ➜ Mysterious Oppa / Spy002
Activité ➜ 3ème année de lycée
Niveau de richesse ➜ Parent très riche
Sexualité ➜ Hétéro
Situation amoureuse ➜ Célibataire
Signe(s) Particulier(s) ➜ Se déplace toujours en moto
Famille ➜ Un père, trois demi-frères, une belle mère (et une demi-sœur dont il ignore l'existence)
Vos ambitions pour l'avenir ➜ Partir
Votre secret ➜ Être un espion pour la GG
Votre avis sur le blog de Gossip Girl ? ➜ J'aime assez, c'est amusant de voir les réactions qu'il y a autour.
Groupe désiré ➜ Sports teams




feat Choi Seung Hyun - TOP

Story


« Le cri de ma détresse résonne dans un triste vide que personne n'entend... »

Il existe une théorie qui soutient que notre univers serait composé d’un nombre infini d’univers parallèles qui différerait du notre par les choix que nous faisons à chaque instant de notre vie. Existe-t-il un univers parallèle où ton choix fut différent ? Si seulement je pouvais y vivre.

I – Jamais je ne te pardonnerais.

Une rencontre romantique, un amour naissant à la lueur du clair de lune, des mots dits dans le creux de l’oreille de l’autre… Jamais je ne pourrais utiliser ces termes pour qualifier la rencontre entre mes deux parents biologiques. C’est pratiquement le contraire.

Ma mère était, d’après ce qu’on m’en a dit, une mannequin très reconnu et surtout très belle. Mon père, dirigeant de la plus importante compagnie de téléphonie du pays, a été indéniablement attiré par cette beauté, malgré sa femme enceinte et ses deux fils. Il eut une aventure avec cette mannequin de 15 ans sa cadette sans vraiment ce soucier des conséquences qu’il pourrait y avoir. Ce ne fut pas l’histoire d’une fois, mais de plusieurs mois, mais ce n’était que « physique », aucuns sentiments dans tout ça. Le départ anticipé de ma mère pour les Etats-Unis mit fin à leur relation jusqu’à ce qu’elle revienne quelque mois plus tard avec une nouvelle qui allait bouleverser la vie de mon paternel. Elle attendait un enfant. Bien sûr, lui niait pouvoir en être le père. Un test de paternité vient enlever le doute sur la question.

Un enfant issu d’un adultère un peine un an après la naissance de son fils cadet ? Non, il ne pouvait se permettre d’un tel scandale. Il voulut donc payer la mannequin pour qu’elle garde le silence et qu’elle aille élever l’enfant loin de la capitale coréenne. Mais elle refusa. Elle ne pouvait s’occuper d’un enfant avec sa carrière. Elle allait le mettre au monde mais c’était lui, lui, sa femme et ses trois autre fils, qui allaient accueillir le nouveau né dans leur maison. C’était à lui que reviendrait le lourd fardeau d’élever cet enfant. A contre cœur il accepta, plus par peur de voir éclater un scandale si ma mère parlait que par sentiment paternel.

Voici donc la triste histoire de ma naissance. Une histoire d’adultère, de chantage, de sentiment de culpabilité… La femme officielle de mon père accueilli la nouvelle avec une froideur dont on ne peut pas vraiment lui reprocher. Vous réagirez comment vous si vous deviez élever le bâtard de votre infidèle de mari ? Bien sûr enfant je ne comprenais pas pourquoi elle me détestait autant alors qu’elle était pour moi la seule figure maternelle dans ma vie. Mais elle devait le faire. Après tout si elle avait épousé mon père ce n’était pas par amour mais bien par intérêt.

Ce n’est donc pas dans un univers très sain que je grandis. Entre mon père qui ne m’apportait aucune attention, ma belle-mère qui me regardait à peine si ce n’est quand elle devait se plaindre de combien sa vie était misérable, et mes frères qui plus grandissait plus avaient la même attitude envers moi que nos parents… Je n’étais pas le bienvenue dans cette famille et pourtant... Ils n’avaient pas d’autre choix que de m’élever.

Durant mes premières années de vie, celles où encore innocent, on aime ses parents quoiqu’ils vous fassent ou vous disent, où on admire ses grands-frères même si eux passent leur temps à vous prendre pour la tête de turcs, durant ces années là, je faisais de mon mieux pour être le plus gentil possible, le plus serviable possible, le plus poli possible, je voulais vraiment qu’on m’aime. Et pourtant rien ne marchait, on me reprochait toujours les bêtises de mes frères, on me punissait continuellement pour un oui ou un non… Et mon père, celui à qui je voulais le plus plaire, ne m’accordait aucun regard. J’aurais donné tout ce que je possédais pour recevoir une once d’amour.

Dès la maternelle on m’envoya à l’école Yi Sun Sin. Il fallait bien maintenir les apparences, car même si au sein de ma famille tout le monde et moi le premier sommes au courant que je ne suis que le rejeton de la maitresse de mon père, officiellement, je suis belle et bien un fils légitime. L’école était l’un des seuls endroits où je me sentais assez bien. Entouré d’amis et assez bon pour récolté les félicitations de mes professeurs à chaque trimestre.

Il y avait même cette fille au collège dont j’étais tombé amoureux. Ma première année de collège. Elle était mon ainé de deux ans. Mais après quelques mois à ne pas oser lui parler, à l’observer de loin, à cherche le meilleur moyen pour l’aborder sans avoir l’air louche ou étrange, mes frères découvrirent les sentiments que je pouvais avoir pour la jeune fille et s’empressèrent d’aller lui en faire part d’une manière plus que contestable.

Mon ainé de trois ans, en dernière année du collège à cette époque accosta la jeune fille, lui déballant de but en blanc que son petit frère était « complètement fou d’elle mais qu’elle valait beaucoup mieux que ce crétin. Il lui fallait plutôt quelqu’un comme lui… ». Mon autre frère, âge seulement d’un an de plus, m’avait forcé à venir assister à la scène, scène que je regardais sans pouvoir réagir, meurtrit sous la honte. Mon frère ajouta.

« Ce crétin n’est même pas mon frère, ce n’est que le bâtard de la famille. »

Le lendemain ça avait fait le tour de l’école. Tout le monde savait à présent que je n’étais que le « fils de la maitresse de mon père ». Mes « amis » me tournèrent le dos, leurs parents leur ayant surement convaincue que je n’étais pas une personne fréquentable, la fille que j’aimais commença à sorti avec mon frère, l’enfer de la maison s’étendit jusqu’à Yi Sun Sin. Gossip Girl n’existait pas encore à l’époque mais je suis sûre que ça aurait fait la une si ça avait été le cas…

C’est à ce moment là que je me suis mis à détester ma mère biologique encore plus que je détestais mon père, mes frères et ma belle-mère. Comment avait-elle pu m’abandonner dans ce monde ? Ne savait-elle pas que le « bâtard » ne serait jamais accepté ? Ou alors s’en fichait-elle ? Ca ne m’étonnerait pas. Après tout quel genre de mère abandonne son enfant sans plus jamais chercher à le revoir contre une forte somme d’argent ?


II – Soit je suis un solitaire et alors ?

C’est dans les années qui suivirent que je m’affirmais tel que je suis actuellement. Essayer de plaire à mon père ? A ma belle-mère ? Admirer mes frères ? Cette époque était révolu et bien loin. Maintenant seul un sentiment de haine existait. Je n’avais qu’une envie partir de cette maison dès que j’en aurais l’opportunité. A treize ans, je pris la décision que dès que j’aurais atteint ma majorité, je quitterais cet enfer.

A Yi Sun Sin, mon comportement changea également. Mes notes baissèrent juste que pour n’atteindre que la moyenne, je n’avais plus aucun ami, et honnêtement avec les expériences que j’avais eut je n’en voulais plus. A quoi bon s’entourer de personne pas capable de vous accepter tel que vous êtes ? Dans ce monde de riche, il était inconcevable de faire confiance à quelqu’un d’autre que soit même.

Plus le temps passait, plus je m’affirmais à l’encontre de toute autorité. Je deviens plus « sombre ». Je n’étais pas de ceux vers lesquels l’ont va naturellement. Je suis plutôt le mec toujours seul, limite effrayant.

Malgré cet aspect, j'attirais in-vraisemblablement quelques personnes courageuses vers moi... Des filles qui étaient attirés par mon côté « mauvais garçon » ou mon côté « solitaire », parfois même d'autre garçon qui - seul et rejeté - cherchait un ami, mais je les rembarrais tous. Je n'avais confiance en personne et ne souhaitez pas me lier à qui que ce soit et surtout pas dans cette école.

Un jour, arriva dans ma vie une fille (du moins c’est ce que laisse supposer son pseudo) qui changea plusieurs choses dans mon quotidien. Cette fille était une bloggeuse dont le passe-temps favori était de raconter tout les potins du quotidien ceux qu’elle nommait comme « l’élite Séoulienne ». Parmi lesquels se trouvaient les plus riches et les plus populaires de notre lycée. Au début, je me contentais de lire ces articles de manière détaché et amusé jusqu’au jour où je surpris une petite conversation entre deux des noms les plus récurrents sur son blog, je ne pus m’empêcher de le rapporter à Gossip Girl, et depuis je prends goût à être une de ses taupes. C’est plus facile que ça en à l’air, il suffit de bien ouvrir ses yeux et ses oreilles. Et puis, ce nouveau loisir m’a permis de découvrir d’autres personnes grâce à un mini fan-club de la Gossip où je retrouve trois personnes avec qui il est agréable de discuter. Principalement la fondatrice de ce fan-club, ma spy number one… Je pense que si je ne me suis pas encore lassé de mes activités de « spy » c'est grâce à eux, à elle. J'ai pour la première fois l'impression d'avoir des « amis ». Dur à imaginer puisqu'il ne s'agit que de relation virtuelle... Mais j'aimerai vraiment changer cela avec ma number one mais elle refuse catégoriquement, je ne sais pas quoi faire pour la convaincre mais j'ai vraiment envie de la rencontrer.

Aujourd’hui, à enfin dix-huit ans, et donc la majorité coréenne, j’envisage de tenir la promesse de ce garçonnet de treize c’est faite à lui-même et de claquer une bonne fois pour toute la maison familiale… Mais je n’ai pas vraiment encore les moyens de me payer de quoi me loger, donc je me contente de l’envisager sans encore avoir eut le courage de le faire… Mais je sens que ça ne va pas tarder… L’ambiance est de plus en plus tendue depuis que mon frère aîné (le plus jeune) a annoncé qu’il refusait de prendre la succession de l’entreprise familiale… Ce qui avec les refus des deux autres aînés, ferait de moi le dernier capable de prendre la succession... Vous imaginez ça vous ? Le fils illégitime reprendre le flambeau de l'entreprise familiale ? Non ? Et bien mon père non plus et pour dire vrai, moi non plus.







What about you ?

You know who I am ♥








Dernière édition par Uhm Dong Woo le Jeu 6 Oct - 1:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Just Who I Am
Kim Na Ra
Queen & Cheer'
☆ Statut : Administratrice

☆ Messages : 3134
★ Points : 27536




MessageSujet: Re: Uhm Dong Woo ♣ Spy002   Jeu 4 Nov - 2:08

Han j'ai pas souhaité la bienvenue à Dong Woo, c'est mal .__.

Bienvenue Dong Woo ~♥





I got the master key that can unlock your heart.
My masterpiece, us two together, like a perfect tag team.

You know we are destiny, a burning love, After this a so sweet whisper
A tingling kiss, so sweet. Boy, you're my favorite ♥️


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Uhm Dong Woo ♣ Spy002

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liar Liar  ::  :: Fiches d'identités :: Fiches validées :: Yi Sun Sin-
Sauter vers: