Partagez | 
 

 Among music fans, anything is possible ... | PV Han Jin Ah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Just Who I Am
Invité




MessageSujet: Among music fans, anything is possible ... | PV Han Jin Ah   Sam 5 Fév - 8:41

Qu’il était difficile de reprendre certaines habitudes, telle que se lever très tôt le matin pour se rendre au lycée comme tout digne lycéen qui soit. Il faut dire que le jeune homme avait passé deux ans à suivre des cours par correspondance puisqu’il n’avait pas la possibilité de se rendre dans l’état qu’il était, en cours. Il était bien trop dépendant des autres pour se déplacer en fauteuil roulant, surtout que l’une de ses mains était paralysée à la suite d’un malheureux incident. Il était déjà vivant c’était déjà quelque chose d’incroyable alors lui faire affronter un tel déshonneur, sa mère et sa sœur n’aurait pu le supporter, lui non plus. Yong Woo était loin d’être un jeune homme plein d’orgueil, limite narcissique, mais comme toute personne il y avait certaines choses qu’il n’aurait pas pu supporter. Voir de la compassion à la limite de la pitié, il est indéniable qu’il aurait perdu son sourire depuis bien longtemps. N’y avait-il pas pire chose que de faire se traiter comme un être faible simplement parce qu’on a perdu l’usage d’un ou plusieurs membres ? Peut être qu’il n’y avait aucune mesquinerie derrière tout ça et que ces regards se basaient sur une bonne intention mais il ne s’y serait jamais fait, d’autant plus qu’il en avait déjà eu assez avec ceux de sa mère, sa sœur et Hailey.

C’était pour cette raison qu’il avait décidé de vivre chez son père, il savait que celui-ci, bien qu’aimant, ne viendrait pas le voir toutes les deux heures pour voir comment il allait, surtout que celui-ci n’aurait point le temps. Soyons honnête, ça l’arrangeait, ainsi même lorsqu’il n’allait pas bien il pouvait être tranquille. Son père n’insisterait jamais et le laisserait venir à lui lorsqu’il le désirerait. Cela faisait à peine une semaine qu’il venait de débarquer à Séoul. En venant ici, il avait décidé de tirer en quelque sorte un trait sur son passé, bien que cela était plus une façon de parler qu’autre chose car il n’y avait pas vraiment grand-chose à oublier. Ici, personne ne pouvait supposer que le jeune homme avait frôlé la mort, un bon soir de Janvier, il y a de ça deux ans, mettant un terme définitif à son avenir en tant que pianiste. Depuis son enfance le jeune homme passait ses journées sur le siège d’un piano, jouant tout style de musique comme s’il était possédé par une force divine. Il aimait jouer, il aurait pu tuer pour le faire tellement il y était accro. C’était une sorte d’addiction que sa mère lui avait transmit et qu’il exploitait totalement et pleinement. La musique faisait partie intégrale de lui et c’était déjà assez pénible d’avoir du tirer un trait sur son plus grand rêve, d’avoir mit un terme à son éducation musicale car il n’avait plus les facultés de le faire. Qu’est-ce un musicien sans l’usage de ses mains, de tous ses doigts ? Rien et c’était ce qu’il était désormais aux yeux du monde la musique. Un ancien espoir auquel on ne prêtait plus attention car plus jamais il ne pourrait rejouer comme il avait pu le faire auparavant. Lorsqu’on le plaignait à ce sujet, il avait tendance à rire et disait que ce qu’il ne le tuait pas, le rendait plus fort mais à vrai dire, il mourrait tout simplement à petit feu. Rester à New York dans ses conditions était invraisemblable pour lui. Trop de souvenirs le rattachaient à ce qu’il avait vécu : ses amis, les salles de concerts dans lesquels il avait déjà fait des représentations, ses rues qui l’avaient vu grandir.

Il avait seulement eu besoin de reprendre le contrôle de sa vie, loin des yeux des gens qui avaient en lui : un garçon sur de lui, en pleine possession de ses compétences et qui demandait qu’à conquérir le monde tel un conquérant de l’antiquité. Séoul, représentait à ses yeux cette chance de découvrir un nouveau lui, un homme qui naitrait petit à petit et qui serait respecté pour les actes qu’il aura commit et non pour ceux qu’il avait fait auparavant. Et cette chance, son père la lui offrait alors il n’avait eu aucune raison de ne pas accepter sa proposition. Même si ça avait fait beaucoup de peine à sa mère et sa sœur, il avait voulu leur redonner un semblant de vie. Ce n’était pas une vie de passer la leur à veiller sur lui comme s’il était un petit enfant. Ce matin là, lorsqu’il se leva, sa jambe lui fit horriblement mal, il savait sans même sortir de son lit que dehors il faisait humide et froid. Avalant un cachet de méthadone qu’il prit avec le verre d’eau qui se trouvait sur sa table de chevet, il s’assit difficilement sur le rebord de son lit. Il tenta alors de se masser la jambe avec sa main droite puisqu’il ne pouvait toujours pas utiliser celle de gauche qui était quant à elle toujours plus ou moins paralysée lorsqu’il n’avait pas prit sa dose de méthadone pour être capable de bouger le bout de ses doigts. Aujourd’hui, il devait se rendre avec son père au lycée pour s’inscrire au lycée que celui-ci avait choisit pour lui. Un lycée banal pour des gosses de riches tels que lui, ni plus ni moins. De toute façon, il fallait être réaliste, aucun conservatoire ou grandes écoles le prendrait désormais, ce qui l’arrangeait au fond.

Le seul inconvénient était qu’il devrait désormais se faire une place parmi tous ses élèves, des personnes qui devaient surement se connaitre depuis l’école maternelle et qu’ils verraient surement d’un mauvais œil l’arrivé d’un nouvel étudiant en plein milieu de l’année. Enfin, il verrait bien comment cela se passerait, de toute façon ce n’était pas son style d’avoir peur ou de s’inquiéter pour ce genre de chose. Il verrait en temps et en heure. Lorsque la méthadone eut fait son effet, il trouva enfin la force d’aller prendre une douche avant de s’habiller correctement avant de descendre dans la cuisine du grand appartement dans lequel son père et lui vivaient désormais. Après un câlin et un copieux petit déjeuner, ils se dirigèrent vers le nouvel établissement qui allait l’accueillir.

L’entretien se fit dans des conditions tout à fait correctes, si ce n’est que le directeur semblait très enchanté par toutes ses références musicales. Ça ne lui parlait pas de parler de musique, il était même très heureux de voir que son nouveau directeur s’intéressait à cette partie de son histoire mais lorsque celui-ci lui posa la fameuse question, le jeune homme se contenta seulement de lui dire que suite à un accident, il ne pouvait plus user de sa main et donc par conséquence…Son regard se troubla en repensant à tout le bonheur qu’il ne pourrait plus désormais ressentir. Enfin, il n’était pas si catégorique puisqu’il avait la ferme intention de retrouver l’usage de sa main tôt ou tard et il reculerait devant rien. C’est ainsi que le directeur lui parla du Glee Club, un club qui mélange chorale et danse. Il lui expliqua qu’ils étaient encore peu et qu’il était persuadé qu’il pourrait facilement y trouver sa place, s’il acceptait d’être arrangeur. Bien entendu, ce n’était qu’une proposition et il fallait mieux qu’il en parle avec la responsable du groupe mais l’idée lui plaisait bien. C’est pour cette raison qu’il lui demanda où il pourrait trouver cette fameuse responsable, vraiment enchanté par tout cela. C’est ainsi que celui-ci, lui tendit tous les documents nécessaires à son entrée et lui indiqua l’endroit où il aurait le plus de chance de la trouver en dehors des cours, c'est-à-dire la salle du club.

Après cette entretien, il informa son père qu’il avait l’intention de s’y rendre, voir de faire un peu le tour du campus puisqu’il ne reprendrait les cours officiellement que le lendemain et donc s’il avait un tant soi peu de chance, il pourrait faire d’une pierre, deux coups. Lorsque son père le quitta pour se rendre à un autre rendez vous, après avoir prit soin de lui donner un peu d’argent pour rentrer, il se lança dans son excursion, tentant de trouver ses repères. C’est ainsi qu’il traversa le campus pour se rendre au local qu’il cherchait. Lorsqu’il arriva au bâtiment indiqué par le plan, il le trouva paisiblement calme, seule une voix qui s’élevait parfois venait troubler la sérénité des lieux. Une fois très belle et agréable qui cependant avait tendance à jouer sur la mauvaise gamme des notes qui allait avec la sonorité de sa voix. Peut être qu’avec son peu de savoir technique, il pourrait être capable de leur venir en aide ? Au pire il tentera de prouver sa valeur tout simplement. S’approchant de la salle en question dont venait la voix, il frappa doucement à la porte et entra en lança.

« Bonjour, désolé de vous déranger, suis-je bien au Glee Club ? Je souhaiterai rencontrer la responsable si possible. »

Il fut surprit de trouver en ses lieux, une seule personne, une jeune fille qui semblait s’entrainer. Peut être était-elle l’une des membres. Il se contenta seulement de la saluer d’un signe de tête en lui souriant amical alors qu’elle avait cessé son entrainement.

« Tu as une très jolie voix…dommage que tu la forces un peu trop en ne suivant pas la bonne gamme. » Ajouta-t-il avant de poursuivre en s’éclaircissant la voix, remarquant son manque de délicatesse. « Désolé. Je manque de politesse…Je me présente, Lee Yong Woo, je viens tout juste d’intégrer le lycée voisin et à qui ai-je honneur ? »

Tenue : 01.02.



Revenir en haut Aller en bas


Just Who I Am
Invité




MessageSujet: Re: Among music fans, anything is possible ... | PV Han Jin Ah   Mer 9 Fév - 4:59

Qu’il est dur parfois de se lever le matin quand on sait parfaitement que cette journée ne sera encore que moquerie et humiliation. Pourtant la jeune Jin Ah y parvenait sans grande difficulté. L’habitude peut-être ? Elle ne se souvenait pas du jour où quelqu’un d’autre que ses parents l’avaient vraiment félicité pour une de ses performances. Bien sûr il y avait toujours quelques personnes isolées dans l’école à aimer sa voix, son timbre, son interprétation etc. Mais aucun d’eux n’appréciait vraiment Jin Ah en tant que véritable artiste, aucun n’était réellement capable de se dire véritable fan. Personne ne l’adulait, personne ne venait la voir pour lui dire qu’elle était la plus talentueuse personne de cette fichu école, personne ne la trouvait ni jolie, ni même mignonne… Et pourtant comme chaque matin, Jin Ah avait l’espoir. Oui, elle ne le perdait jamais, elle était toujours motivée, un peu plus chaque jour même. Elle savait qu’elle arriverait un jour à tous leur faire regretter ces moqueries et ces sodas en plein figure. Qu’elle passerait de « looseuse » à « diva ». Elle avait foi !

Comme tous les matins, la journée commençait en chanson. Jin Ah n’imaginait même pas pouvoir se lever sans musique. C’était pire que nécessaire, c’était vital. C’était tout ce dont elle avait besoin. La musique était son entière vie, elle ne vivait que pour ça, que pour elle, que pour chanter. Aujourd’hui c’était « Don’t stop believin’» de Journey.

« Just a small town girl livin' in a lonely world…»

Et comme toujours, elle commençait la journée en chantant. Doucement et calmement sans jamais forcer sur sa voix tant que celle-ci se n’était échauffée, juste pour le plaisir de fredonner pour se mettre de la meilleure humeur possible. Frissonnant de plaisir au son des notes qui s’enchainait pendant le solo de guitare. Elle finit par chanter une dernière fois le refrain avant de foncer sous la douche, déjà en retard à force de rêvasser sur la chanson.

Cette chanson, c’était cette chanson qu’elle voulait pour la première chanson collective du Glee club ! Elle voyait déjà toute la mise en scène, bien que ce ne soit pas son rôle, son rôle à elle c’était « lead vocal » chanteuse principale, mais tant pis. Tant qu’ils n’auraient pas de réel metteur en scène, elle prendrait ce rôle, comme tout les autres d’ailleurs… D’ailleurs, il faudrait peut-être qu’elle songe à recruter des personnes avant de finir seule sur scène… Par que ça la dérange mais ce n’était pas trop dans l’esprit de « Glee Club ». Sinon on aurait plutôt appelé ça « Jin Ah Club ». Et malgré la passion remarquable du nouveau directeur pour la musique, la lycéenne n’était pas convaincue que ça lui plaise réellement.

Elle sortit de la douche et se dirigea directement vers sa commode pour y dénicher un petit agenda noir où elle transcrivait toutes ses pensées sous forme imagée. Elle y prit son crayon rose – assortie à la déco bonbon de sa chambre – pour y écrire en lettre capitale : RECRUTER POUR LE GLEE CLUB ! Au moins elle ne risquait pas d’oublier. Elle marquerait plus tard ses idées de mise en scène, pour l’heure elle entendait sa mère lui dire de se dépêcher si elle ne voulait pas être en retard pour sa première heure de cours. Bien qu’une star doive se faire attendre, Jin Ah était plutôt ponctuelle. Pour dire vrai même, elle détestait les gens en retard, elle trouvait que ça prouvait un manque de respect envers celui qui nous attend, et ne supportait donc pas de l’être elle-même.

Et donc comme toujours, la jeune femme arriva en avance dans sa salle de cours. Peut-être était-ce par qu’elle avait fini par persuader sa mère que les cours ne commençait pas à 8h mais à 7h45 ? Comme ça elle était certaine de toujours être en avance.

Dès qu’elle eut une heure de libre, Jin Ah prit la direction de la salle laissée à la disposition du Glee Club. Un endroit qu’elle aimait par-dessus tout vu que seuls les musiciens de l’école y venait. Par une cheerleader pour vous embêter – excepté Na Ra mais elle ne comptait pas comme ça puisque Na Ra était l’inverse même de ce que Jin Ah redoutait chez les pompom girls – pas une idiote qui se croit populaire pour vous rappeler que vous ne l’êtes pas. Juste elle le plus souvent même. Mais pour y arriver, c’était presque le chemin du combattant. Elle devait passer par le couloir principal, là où toutes les cruches aimaient se regrouper pour se moquer toutes ensembles des pauvres élèves comme Jin Ah. Mais aujourd’hui semblait un bon jour, pas un soda en pleine face, pas une remarque acerbe, non en fait pas une cruche à l’horizon ! Jin Ah sentait que ça ne pouvait être qu’un excellent présage, aujourd’hui était un bon jour.

Arrivée dans la salle, elle s’installa au piano et sorti de son sac la partition de « Don’t stop believin’» qu’elle avait bien veillé à emporter avec elle. Elle commença à la jouer tout en chantant. Elle savait jouer du piano bien que sa pratique n’était pas parfaite, elle était correcte. Assez pour s’accompagner elle-même lorsqu’elle chantait. Prise dans sa chanson, Jin Ah faisait abstraction de ce qui l’entourait, elle n’entendit donc pas qu’une personne étrangère venait de rentrer dans « son antre ».

« Bonjour, désolé de vous déranger, suis-je bien au Glee Club ? Je souhaiterai rencontrer la responsable si possible. »

Jin Ah le fixa, remarquant directement qu’il ne portait pas l’uniforme réglementaire de l’école de Yi Sun Sin. Qu’est-ce qu’un étranger venait faire là ? Un nouveau professeur ? Il avait l’air jeune quand même.

« Tu as une très jolie voix…dommage que tu la forces un peu trop en ne suivant pas la bonne gamme. Désolé. Je manque de politesse…Je me présente, Lee Yong Woo, je viens tout juste d’intégrer le lycée voisin et à qui ai-je honneur ? »

La première réaction de Jin Ah fut de se demander si le garçon était suicidaire ? Car là, elle avait clairement envie de le tuer du regard, le fusillant de ses deux prunelles noires. La bonne gamme… Pour qui se prenait-il pour lui parler comme ça… La jeune femme sentait déjà que sa bonne humeur s’échappait d’elle lorsqu’elle répondit froidement.

« Han Jin Ah, je suis la responsable du club. »

Responsable, leadeuse, seule membre etc. La liste était longue en fait. Elle fixa Yong Woo. Nouveau à Yi Sun Sin alors ? Ca expliquait le non port de l’uniforme ? Enfin, ce n’était pas son problème, son problème était qu’il venait de la critiquer et qu’elle ne supportait pas la critique…

Minute papillon. Pourquoi il voulait la voir elle ? Il était intéressé par le club ? … Dilemme. Jin Ah aurait largement préféré que chaque membre adule sa merveilleuse voix mais.. C’était le seul élève qui était venu s’intéresser au club… Que faire ? La jeune femme soupira. Bon une chance et une seule, s’il se trompe, elle n’entendra plus jamais parler de lui.

« Qu’est-ce que tu proposes alors ? »

D’un signe de tête, elle avait désigné la partition qu’elle avait posée sur le piano. Voyons voir de quoi il est capable et si elle chantait vraiment dans la mauvaise gamme.



Revenir en haut Aller en bas


Just Who I Am
Invité




MessageSujet: Re: Among music fans, anything is possible ... | PV Han Jin Ah   Ven 11 Mar - 6:30

[Désolé du retard pour la réponse >.<. J'espère néanmoins qu'elle te conviendra au pire, n'hésites pas à me mpoter, je modifierai donc en conséquence ;)]

La musique représentait aux yeux du jeune homme, un monde ô bien merveilleux et envoutant. Grâce à la musique, il avait connu tellement de frisons, de bonheur à l’écoute d’une partition de classique ou d’une simple chanson qui passait à la radio. D’aussi loin que ses souvenirs lui permettaient de se souvenir, il n’avait vécu que pour cela ; la musique. Elle raisonnait en lui telle une ode à la vie, vivre sans elle n’avait plus de sens. C’était surement pour cette raison qu’il avait très mal vécu le fait d’être désormais incapable de créer ces magnifiques sons qui emplissaient son âme, lui apportant joie, peine, et frissons qui lui donnaient alors l’impression d’être si vivant. La musique, le piano dans son cas à lui, occupait constamment ses pensées, il passait ses journées à songer qu’à cela. Qu’importe l’heure du jour ou de la nuit, s’il avait une soudaine envie de jouer, il devait le faire sous peine de ressentir une vive douleur le transcender de toute part. Hailey s’était souvent moquée de lui à ce sujet, le taquinant sur le fait qu’il n’avait pas besoin de trouver une petite amie, voir une épouse puisqu’il l’avait déjà trouvé. C’était peut être farfelu mais elle n’était pas très loin du compte, en effet la musique était si primordial à sa vie, sa survie qu’il n’avait dieu que pour elle. C’était peut être pour cela qu’il avait tendance à être intransigeant envers les gens qui avaient recours à celle-ci. Si intransigeant que parfois on avait du mal à reconnaitre le jeune homme lorsqu’on le voyait enseigner ou apprendre son art. Ses sourires et sa désinvolture naturelle était totalement imperceptible lorsqu’il se retrouvait derrière un piano où lorsqu’il écoutait quelqu’un interpréter une partition. Autant dire qu’il était perfectionniste et bien qu’il tâchait toujours d’être le plus respectueux et amical lorsqu’il faisait une critique, il reconnaissait qu’il manquait parfois de délicatesse. Ce qui était le cas ici présent.

En tout bon musicien, il connaissait bons nombres de partition par cœur pour les avoir étudiées, arrangées pour les caler à sa façon de jouer et il les reconnaissait même dès les premières notes. Sans être vaniteux ou autre, son étude de la musique classique et contemporaine avait été très poussée et il excellait dans son art, du moins il avait été l’un de ses espoirs que comptait le domaine musical. Il était donc évidant que la composition d’une partition n’avait plus de secret pour lui, qu’il n’avait pas besoin d’entendre un instrument jouer pour connaitre exactement la sonorité qu’il avait. Il s’était cartes perfectionné dans le piano mais savait également jouer d’autres bons nombres d’instruments. Combien ? il n’avait jamais vraiment compté, se satisfaisant seulement d’apprendre les bases, les possibilités si nombreuses et ô combien somptueuses qu’un instrument pouvait lui proposer. En tout bon garçon amical et social, cet exercice s’était toujours révélé être facile surtout lorsqu’on étudie dans une si grand école d’art de la scène et du spectacle, remplit de passionnés aussi mordus qu’il était. Grâce à ses relations, il avait ouvert son champ d’action, et à force, il ne jouait plus que du classique comme un bon pianiste mais s’était amusé parfois à revisiter certaines grandes chansons lors des divers festivals musicaux ou des concertos produit par son ancien établissement. Pour lui, rien n’avait plus de valeur que cet exercice d’harmoniser un tel ensemble d’instruments pour en faire un seul et unique son qui resterait à jamais graver dans la mémoire de ceux qui avaient assistés à la représentation.

C’est pour cette raison qu’il était grandement intéressé par ce club. Il avait vraiment l’intention de l’intégrer qu’importe la place qu’on voudrait bien lui accorder. Ne pouvant pas actuellement jouer du piano ou de tout autre instrument à cause de sa main, il pouvait tout de même aider à l’arrangement. En tout modestie, il savait qu’il pourrait grandement aider voir seulement aidé cela dépendait essentiellement du niveau de chacun des membres. Pour l’instant ce qu’il avait pu entendre du jeu de la jeune fille, il était tout à fait correct. Elle savait en jouer, assez pour pouvoir s’accompagner elle-même au piano. Ce n’était pas le meilleur jeu qu’il avait entendu mais ce n’était pas si mauvais que cela dans une certaine mesure. Arg…Cette rigueur dans son art l’exaspérait lui-même mais au moins il avait eu le mérite de lui lancer un compliment. Bon d’accord, un compliment qui cachait une critique derrière et il avait été un peu trop catégorique. Ce n’était pas vraiment voulu mais il avait fini par avoir une déformation professionnelle pour ce genre de détails. Remarquant le regard froid que lui lança la jeune fille alors qu’elle se présentait a son tour sur un ton glacial. Autant dire qu’il n’était pas en train de marquer des points avec elle et en plus pour couronner le tout…Elle était la responsable du club.

Yong Woo se traita intérieurement d’idiot alors qu’il continuait de sourire amicalement, espérant que son charme naturel d’ange fasse son effet. Oui il pouvait toujours espérer…S’il voulait vraiment montrer sa bonne foi, il aurait peut être du se fendre en excuse mais l’hypocrisie n’était pas son truc. En tout cas, elle semblait avoir assez confiance en elle pour ne pas accepter la critique…mauvais point. Ne pas accepter quelconque critique était selon ces principes, se fermer a toute ouverture possible et a toute évolution de son style. Enfin ce n’était pas vraiment son problème mais s’il devait rentrer dans le club et craindre des représailles après chaque parole, conseil ou critique qu’il ferait, il n’était pas très sur de pouvoir rester vraiment calme non plus.

Le soupir que poussa la jeune responsable du club, l’obligea à quitter ses pensées. Elle semblait revenir sur sa première réaction et lui indiqua d’un signe de tête la partition qui se tenait sur le piano. Elle lui demanda alors ce qu’il proposait pour arranger son problème, attendant patiemment sa réaction. Soulagé de voir que la jeune fille n’était pas trop bornée pour rester campée sur ses positions, il se contenta donc seulement de lui sourire amicalement en ajoutant.

« Ravie de faire ta connaissance, Jin Ah. Tu me permets de t’appeler ainsi ? Désolé, j’ai toujours eu du mal avec les formules de politesse coréennes, mais si tu y tiens, je t’appellerai Sunbae. »

D’ailleurs avait-elle son âge ou était-elle son ainé ? Et si elle était une de ses cadettes ? Au fond quelle importance ? Enfin si ça pouvait en avoir aux yeux des autres. Pourquoi diable, les coréens s’ennuyaient avec ce genre de qualificatif ? En son sens, les américains étaient bien plus faciles à ce niveau. Cependant puisque la jeune fille avait fait la démarche de lui laisser une chance, il devait à son tour faire un pas vers elle.

« Désolé, si je t’ai vexé tout à l’heure ce n’était point mon intention. Ce que je voulais dire par là, c’était que la partition initiale est prévue pour une voix assez grave, suave alors que ta voix est bien plus aigüe, plus cristalline. Il serait donc plus convenable d’utiliser des notes telles que celles-ci. »

Glissant les doigts de sa main valide sur la gamme de notes qu’il sous entendait dans son explication, il laissa la joie de pouvoir frôler les touches du piano prendre possession de son être alors que son regard gagné en tendresse.

« Si tu veux, je peux t’arranger la partition en conséquence pour que tu puisses toi-même voir la différence. Je te proposerai bien de jouer pour toi, mais pour l’instant je ne peux pas utiliser ma main gauche. » Finit-il dans un simple sourire avant d’ajouter comme un oubli. « Ah…Et si c’est possible et si tu penses que je peux être assez utile pour le club, j’aimerai énormément être membre et ainsi aider celui ci à se faire une réputation.»



Revenir en haut Aller en bas


Just Who I Am
Invité




MessageSujet: Re: Among music fans, anything is possible ... | PV Han Jin Ah   Sam 2 Avr - 5:34

[Désolé pour le retard également ><]

La critique, Jin Ah pouvait parfaitement l’accepter. D’un professionnel, d’une personne qu’elle savait très talentueuse, d’un professeur, mais d’un autre élève qu’elle ne connaissait ni d’Eve, ni d’Adam ? Il allait falloir qu’il lui prouve qu’il valait la peine qu’elle écoute ses conseils. Dans le malheur de la lycéenne, le garçon était chanceux. Elle voulait tellement voir de nouveaux membres dans le club que malgré ce début un peu difficile elle allait lui laisser une chance de lui montrer ce qu’il valait. Elle était pratiquement désespérée et voulait plus que tout que le club gagne en popularité…

« Ravie de faire ta connaissance, Jin Ah. Tu me permets de t’appeler ainsi ? Désolé, j’ai toujours eu du mal avec les formules de politesse coréennes, mais si tu y tiens, je t’appellerai Sunbae. »

Pauvre Yong Woo, il s’enfonçait en plus. Jin Ah était bien le genre de petite fille bien élève dans les coutumes coréenne. Qu’il l’appelle par son prénom, pourquoi pas, bien que pour une première rencontre la jeune femme qui évitait toute familiarité avec la plupart des autres personnes aurait préféré qu’il s’en tienne à son nom complet, mais le « sunbae » la fit tiquer. Elle le regarda, un peu surprise, de haut en bas. Non, il n’avait pas l’air plus jeune qu’elle. Bon d’accord, elle n’était pas très douée pour donner un âge au gens mais elle ne l’aurait pas dit plus jeune. Peut-être son âge.

« Tu es en quelle année ? »

Bon après s’il la prenait pour son ainé en tant que responsable du club, elle ne lui en voudrait pas tellement. Cette idée faisant son chemin, Jin Ah pourrait même venir à apprécier qu’on l’appelle « sunbae »… Hm oui pourquoi pas au final.

« Désolé, si je t’ai vexé tout à l’heure ce n’était point mon intention. Ce que je voulais dire par là, c’était que la partition initiale est prévue pour une voix assez grave, suave alors que ta voix est bien plus aigüe, plus cristalline. Il serait donc plus convenable d’utiliser des notes telles que celles-ci. »

Le garçon avait raison, revenons-en au principal, la musique. Et également le fait qu’il se soit permis de critiquer la jeune femme. Elle écouta ses paroles et ce qu’il proposait. Ce n’était pas mal… C’était même plutôt une bonne remarque. Jin Ah avait beau être têtue et fière, elle ne perdait néanmoins jamais son objectif en tête, celle d’être la meilleure de toute, la nouvelle Diva coréenne. Alors elle savait reconnaitre quand ce qu’on lui proposait était bon. Elle hocha inconsciemment la tête, montrant qu’elle approuvait ce qu’il proposait.

« Si tu veux, je peux t’arranger la partition en conséquence pour que tu puisses toi-même voir la différence. Je te proposerai bien de jouer pour toi, mais pour l’instant je ne peux pas utiliser ma main gauche. Ah…Et si c’est possible et si tu penses que je peux être assez utile pour le club, j’aimerai énormément être membre et ainsi aider celui ci à se faire une réputation. »

Jin Ah faisait partie de ses personnes un peu égoïstes qui ne retenaient que ce qui les intéressait réellement. Elle passa donc sur le fait qu’il savait jouer mais ne le pouvait pas. A quoi bon le mentionner d’ailleurs si ça ne pouvait pas servir ? Non, ce qu’elle retenu avant tout c’est qu’il semblait se dire capable d’arranger une partition pour l’adapter à sa voix. Ca c’était quelque chose de notable et d’intéressant. Elle aimait. Elle aimait encore plus qu’il semble intéressé par le club. Un fin sourire se dessina sur son visage.

« Hm je vois. »

Petit prélude. Elle avait ce vilain défaut d’aimer le suspense et faire poireauter les gens alors qu’elle, elle détestait ça par-dessus tout. Elle aimait la comédie et si elle avait pu vivre au temps de la télé en noir et blanc elle l’aurait fait sans aucun doute. Elle voulait jouer avec le charme des années folles quitte à parfois – souvent – sembler décalée avec son temps.

« Je te propose de faire ça en tant que test d’entré dans le club. »

Elle avait beau être désespérée et il avait beau sembler savoir de quoi il parlait, il n’en restait pas moins qu’elle ne le connaissait pas ni lui, ni ses capacités. Hors de question d’engager quelqu’un comme ça. Sa proposition plaisant à Jin Ah, quoi de mieux comme test ?

« Le club aurait besoin justement de quelqu’un sachant faire ça, tente ta chance. »

Il ne semblait pas non plus nécessaire à Jin Ah de faire part de son désarroi complet au garçon. Oui il n’y avait personne encore dans le club si ce n’est elle, et oui elle espérait qu’il soit aussi compétent qu’il le prétendait car elle avait vraiment besoin de quelqu’un. Mais le lui dire ? Plutôt aller chanter au milieu de la cours de Yu Gwan Sun au risque de prendre un litre de soda en pleine figure.





Revenir en haut Aller en bas


Just Who I Am
Invité




MessageSujet: Re: Among music fans, anything is possible ... | PV Han Jin Ah   Mar 5 Avr - 4:57

Comment un passionné de musique pouvait survivre sans entendre ou émettre le moindre son ou tonalité ? Était-ce tout simplement possible pour un vrai accro de se contenter seulement d’entendre, de se nourrir que des sons émis par un autre que lui ? Tout simplement pas, un vrai passionné, musicien, avait constamment besoin de toucher un instrument, de frôler de ses fins doigts une touche, une corde, un archet, une baguette pour avoir l’impression intense d’être véritablement vivant. Tous les gens qu’il connaissait depuis son enfance, ceux qu’il avait côtoyé étaient tous autant passionné par ce doux domaine qu’était la musique, travaillant d’arrache pied pour gravir les marches de l’escalier qui allait les mener à leur rêve, le jeune homme avait fait parti d’eux. C’était donc une torture, un enfer pour lui d’avoir été privé de ce besoin vital de frôler de ses doigts ses touches tant aimés d’un piano et en touchant celles-ci à cet instant précis, il savait que contrairement à ce qu’il avait cru au long de ses deux dernières années, sa passion s’était seulement mise en éveil mais le ronger de l’intérieur pour s’affirmer pour le pousser de nouveau à repousser ses propres limites comme lorsqu’il se trouvait à la Julliard et qu’il passait des nuits blanches comme un fou sur son instrument jouant jusqu’à en avoir des douleurs musculaires qui l’obligeaient alors à calmer le jeu mais jamais assez longtemps pour vraiment récupérer. Mais qu’était-ce vraiment la douleur lorsqu’on est fou d’amour pour les sons qu’on émet, se délectant de ce bonheur sans nom ? Rien, assurément. En frôlant de nouveau les touches d’un piano, le jeune homme se rendait vraiment compte qu’il avait seulement l’impression d’être vivant, d’être quelqu’un lorsqu’il pouvait laisser exploser sa passion, laissé cette ivresse prendre possession de son être. C’était pour cette raison plus qu’évidente que malgré qu’il s’était promit de ne pas approcher un instrument, jusqu’à qu’il ne pourrait pas continuer de jouer, il était venu inconsciemment à la rencontre de la jeune fille qui se tenait devant lui. Désormais il était résolu à tout faire pour rentrer dans ce club, d’en faire un club phare si ce n’était déjà fait, quitte à passer des journées et des nuits entières dessus, sur des partitions, des arrangements…C’était d’ailleurs la seule chose qu’il demandait, il voulait plus que tout retrouver cette passion qui l’avait quitté deux années auparavant car il ne pouvait plus l’assouvir et ainsi ravoir l’impression de revivre ne serait-ce qu’un peu.

On avait toujours trouvé son appétit, son amour pour la musique trop fort pour être raisonnable, le prenant parfois pour un fou lorsqu’il préférait une bonne séance d’entrainement qu’une sortie avec une belle demoiselle qui demandait qu’à être flattée et séduite. Peut être que cela semblait naturel pour lui, pour son esprit bien trop obnubilé par une chose mais pour certains de ses amis et même amies, cela n’avait que peu de sens et pourtant…Seule la musique, la bonne pouvait émouvoir, rendre le sourire, faire danser et bercer. A ses yeux c’était une ode à la vie et il ne pouvait décidément pas s’en passer et encore moins pour profiter de la beauté, du bonheur d’être auprès d’une autre personne. Pour chaque instant de la vie, d’une rencontre il y avait une chanson appropriée, même celle avec Jin Ah, qui se trouvait à ses côtés. Il lui avait fait part de ses compétences, lui avait avoué son intention d’entrer dans le club avec cette envie ferme d’aider comme il pouvait en toute modestie. Un fin sourire d’ailleurs apparu sur le visage de la jeune femme qui se contenta seulement de lui indiqué qu’elle voyait où il voulait en venir, marquant ainsi une pause durant laquelle elle semblait réfléchir à sa proposition. Maintenant qu’il y réfléchissait, peut être que le club détenait déjà des compositeurs et des arrangeurs et que son aide ne serait peut être pas nécessaire ? C’était ainsi qu’il interprétait le léger petit silence qui s’installa après sa remarque mais peut être qu’elle tentait seulement de laisser planer le mystère. A vrai dire, il n’était pas particulièrement sensible à l’exercice, puisqu’au cours de son enfance il avait passait un bon nombre d’auditions, de concours, et il appréhendait le stress avec sérénité l’usant d’ailleurs parfaitement comme un dopant pour décupler ses compétences, performances pour prouver qu’il était le meilleur…Que voulez vous, rien à cette époque aurait pu arrêter la machine de guerre qu’il avait été et restait au fond de lui…Si seulement sa main gauche se décidait enfin à répondre à ses ordres au lieu de rester totalement inerte. Contrairement aux médecins qui lui disaient que les chances étaient de plus en plus minces, il continuait encore à l’exercer et il arrivait parfois que celle-ci réagisse. Rien qu’un léger battement de muscle de sa main lui donnait encore courage pour oser espérer une chose qui pourrait peut être ne plus être possible. Quoiqu’il arrive, le jeune homme n’était pas le genre de personne à abandonner et il savait faire tout ce qu’il pouvait pour mettre toutes les chances de son côté, n’hésitant pas sur le travail, qui à ses yeux payait toujours.

C’était donc dans un sourire qu’il accueilli la remarque de la jeune femme qui lui proposait d’arranger la partition à sa voix en tant que test d’entré, un jeu d’enfant, il lui faudrait tout au plus dix minutes pour faire la totalité de la partition. Un classique tel que « don’t stop believing », il avait déjà eu l’occasion de travailler sur cette partition, la jouant et l’arrangeant à plusieurs reprises pour diverses représentations. Après avoir laissé la jeune femme finir sa phrase dans laquelle elle l’informa que le club avait besoin d’un arrangeur et qu’il pouvait donc tenter sa chance.

« Avec plaisir. » lança-t-il tout simplement dans un sourire sincère et aimable. « Laisses-moi trouver un crayon et je te fais les modifications rapidement, ça va prendre tout au plus dix minutes. Elle est assez facile à modifier surtout lorsqu’on à l’habitude de jouer. » Continua-t-il alors qu’il cherchait du regard un crayon autour d’eux.

En voyant un posé sur le bureau qui se trouvait à quelques pas d’eux, il s’excusa d’un léger mouvement de tête et vint à la hauteur de celui-ci, le prenant ainsi dans sa main revenant donc petit à petit à la hauteur, regagnant sa place initiale.

« Tu préfères quoi que je fasses les modifications directement sur la partition que tu utilises ou que je te récris tout le morceau sur de nouvelles feuilles ? Ce qui à mon sens serait mieux mais c’est comme tu le sens…Pour répondre à ta question précédente, je serais à partir de demain matin, élève en troisième année à Yu Sun Sin…Je viens tout juste d’arriver donc je ne connais pas encore tout ce qu’il y a savoir sur notre campus. Et toi, en quelle année et-tu ? » Finit-il alors dans un sourire à la fois curieux et impatient de modifier de nouveau une partition comme il avait toujours prit plaisir à le faire auparavant.



Revenir en haut Aller en bas


Just Who I Am
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Among music fans, anything is possible ... | PV Han Jin Ah   




Revenir en haut Aller en bas
 

Among music fans, anything is possible ... | PV Han Jin Ah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liar Liar  ::  :: Les bons souvenirs-
Sauter vers: